Vie privée, confidentialité et utilisation de nos données

Votre médecin ne partage ce qu'il sait de vous, votre facteur ne lit pas vos courriers sous enveloppe. Au contraire, Microsoft, Google, Facebook et consorts diffusent avec notre accord -nous avons signé- tout ce qu'ils connaissent de nous, et ils en savent beaucoup plus que notre docteur et notre postier.

Un dossier de Canard PC Hardware sur la récolte de dollars données effectuée par nos appareils et applications numériques  Vie privée : comment vos appareils vous espionnent

Revue de Web [48/49] Ecologie / Génétique / Big data / Réseaux sociaux / Médias / Surveillance / Pensée critique

Qu’est-ce que l’écologie scientifique ? par Vincent Devictor
"Comme toute science, l’écologie scientifique a le monde qu’elle prétend étudier qui lui colle à la peau. Cela n’invalide pas la scientificité de l’écologie mais, au contraire, confirme que l’écologie scientifique n’est pas différente des autres activités scientifiques. L'écologue doit assumer le fait que les interactions du monde vivant qu’il étudie sont elles-mêmes en interaction avec d’autres sphères, qu’elles soient éthique, politique ou citoyenne."

 

Génétique et transhumanisme

 

Internet et données

  • 10 trucs que j’ignorais sur Internet et mon ordi (avant de m’y intéresser…) – Framablog
  • Comment armer la transparence ? | InternetActu.net
    • "« La transparence nous leurre lorsqu’une des parties est en mesure de profiter indûment de l’autre grâce à un meilleur accès à l’information ». L’important n’est pas la quantité d’information disponible ou publique, mais la symétrie d’accès à l’information pourrait-on résumer. « Demandez-vous si le développement des technologies de l’information vous a permis d’en savoir plus sur l’état ou s’il a permis à l’état d’en savoir plus sur vous ? L’informatisation des services bancaires a-t-elle permis aux particuliers d’en savoir plus sur leurs banques ou aux banques d’en savoir plus sur leurs clients ? » Pour Roger Taylor, l’âge de la transparence de l’information semble avoir surtout rendu le monde plus opaque."
    • "La transparence ne concerne donc pas la quantité d’information, mais bien plutôt sa symétrie. Symétrie d’accès, de contrôle, mais aussi de capacité à utiliser les données, de manière individuelle comme collective ou institutionnelle."
  • Trump : les 5 échecs des nouvelles technologies | InternetActu.net
    "Le séisme de l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis est d'autant plus fort que personne n'avait vraiment prévu un tel résultat. Jusqu'à la veille au soir, les sondeurs et prévisionnistes étaient confiants dans la victoire démocrate. Or, la réalité ne s'est pas conformée aux données. Que s'est-il passé et qu'est-ce que cela signifie ? Retour sur les 5 défis que l'élection de Trump a adressé aux nouvelles technologies. "
    • "Est-ce la fin des Big Data ?"
      • "L’échec des technologies de ciblage personnalisé ?"
      • "L’insoluble problème des bulles de filtres"
      • "La victoire de Trump et l’échec de la Silicon Valley"
      • "Des limites du fact-checking au défi attentionnel"

      Surveillance démocratie


      Pensée critique, science et citoyenneté

      • Alterscience, alterscientifiques, antiscience - sylvestre Huet
        publié le 12 fév 2013. "Existe t-il une science alternative ? C’est le discours souvent entonné par des scientifiques prétendant détenir une «vérité» différente de celle d’une science vilipendée comme «officielle». "
        • "En tous cas, voici un livre stimulant et utile pour comprendre des côtés obscurs de l’histoire des sciences mais aussi des turpitudes actuelles et futures."
      • Apprendre à construire le désaccord pour réinventer le dialogue sociétal - Richard-Emmanuel Eastes
        • "l’exercice de la démocratie suggère que, compte tenu de leurs extraordinaires impacts sociétaux, ces progrès scientifiques et techniques fassent l’objet d’un minimum d’appréciation et de choix de la part de la société civile, en fonction des risques et des bénéfices qu’ils présentent d’une part, mais également à l’aune des valeurs qu’ils contribuent à bousculer."
      • Les jeux de discussion : comprendre et se comprendre - Richard-Emmanuel Eastes
        "Êtes-vous pour ou contre l’euthanasie ? La corrida ? L’expérimentation animale ? Le nucléaire ? Les OGM ? Le port du voile ? Autant de sujets de débat que peu d’enseignants se risquent à organiser, de crainte que les échanges ne se transforment rapidement en pugilat entre les élèves, puis avec et entre les parents de ces derniers. Autant de sujets essentiels sur lesquels il serait pourtant nécessaire que chaque (futur) citoyen parvienne à se faire, par une réflexion propre nourrie par la confrontation des points de vue, sa propre opinion."
        • "les « jeux de discussion » [...] permettent en effet de susciter à la fois l’expression des participants, leur tolérance vis-à-vis des opinions contraires aux leurs, la clarification de leurs valeurs et leur besoin d’acquérir de nouvelles connaissances. Ils promeuvent ainsi une attitude positive face à « l’autre » et peuvent s’appliquer à toute question socialement vive, qu’elle soit d’origine scientifique et technique ou non, en proposant une construction de l’opinion individuelle sereine et libérée des préjugés. "

      Revue de web 48/49 Thermodynamique / Evolution / Contraintes / Chomsky / Fascisme / Charlie


      François Roddier par-delà l’effet de la Reine Rouge | Oil Man
      "Un astrophysicien français réinterprète l’évolution de l’univers, de la vie et des sociétés humaines à partir de la thermodynamique, et découvre le monstrueux piège à nous tendu. Révolutionnaire ?"
      • "Lorsque l’environnement évolue plus vite qu’une espèce vivante ne peut s’y adapter, cette espèce est vouée à s’éteindre. C’est ce que le biologiste américain Leigh Van Valen a nommé en 1973 l’effet « de la reine rouge »."
      • "Lorsqu’un système reçoit un flux continu d’énergie, ce flux permet l’apparition de « structures dissipatives d’énergie«  mises en évidence par Ilya Prigogine, prix Nobel de chimie en 1977."
      • "« Les structures dissipatives s’auto-organisent de façon à maximiser le flux d’énergie qui les traverse », écrit François Roddier. Du coup, elles « maximisent la vitesse à laquelle l’énergie se dissipe » à travers elles. "
      • "L’énergie se conserve (première loi de la thermodynamique), mais finit toujours par se dissiper sous forme de chaleur (seconde loi). Cette dissipation est irréversible. L’énergie – électrique, chimique, etc. – une fois transformée en chaleur, n’est plus libre : elle est plus ou moins « perdue », au sens où la chaleur ne peut être intégralement reconvertie en travail mécanique."
      • "En thermodynamique, la mesure de la dissipation de l’énergie sous forme de chaleur, autrement dit la mesure de la désorganisation des systèmes, du désordre irrémédiablement croissant du monde, s’appelle l’entropie."
      • "Les structures dissipatives maximisent la vitesse à laquelle elles dissipent l’énergie, on peut aussi bien dire qu’elles maximisent le taux de production d’entropie : il existerait une loi de production maximale d’entropie (MaxEP, selon l’acronyme anglais). Cette loi, empirique, n’a pu encore être parfaitement démontrée"
      • "En s’auto-organisant, une structure dissipative – étoile, organisme vivant, etc. – parvient à diminuer sa propre entropie interne, en échange d’un accroissement du flux d’entropie qui la traverse. Elle « exporte son entropie », écrit François Roddier. Chacun sait que la nature a horreur du vide. Il semblerait aussi que dès qu’elle le peut, la nature fait apparaître ces structures qui luttent contre l’augmentation inexorable de leurs propres niveaux d’entropie en maximisant l’entropie de leurs environnements."
      • "« Il est impressionnant de constater qu’un être humain dissipe par unité de masse dix mille fois plus d’énergie que le Soleil », note François Roddier"
      • "il apparaît qu’une augmentation de l’entropie peut être considérée comme une perte d’information. L’entropie qu’exportent les structures dissipatives « équivaut à une importation d’information » sur leur environnement"
      • "Plus une structure dissipative serait capable d’acquérir de l’information sur son environnement, plus elle maximiserait sa production d’entropie."
      • "plus une structure dissipe l’énergie efficacement, plus vite elle altère son environnement, plus vite doit-elle acquérir de l’information sur cet environnement et évoluer en conséquence afin d’y rester adaptée !"
      • "L’humanité serait engagée dans une course entre l’accroissement de l’entropie qu’elle engendre et l’accroissement de l’information qu’elle est capable d’agréger à mesure qu’elle maximise sa production d’entropie."

      Entre croissance du PIB et respect des engagements climat, il faut choisir - Gaël Giraud
      • "partir de l’équation de Kaya. Très simple, cette dernière indique que les émissions de CO2 (par exemple, au niveau planétaire) sont toujours égales au produit des ratios suivants : • émissions de CO2/énergie consommée au niveau mondial • énergie consommée/PIB mondial • PIB mondial/population • population"


      Chomsky : "La campagne de Trump, une version vulgaire de celle d'Obama" - Arrêt sur images [vidéo]
      Abonnement "Depuis des décennies il aide à discerner la propagande sous les apparentes évidences. Noam Chomsky est linguiste et philosophe, mais c'est en tant qu'intellectuel critique de la politique étrangère américaine qu'il a acquis, depuis la guerre du Vietnam, une influence mondiale. Depuis lors, sur le Proche-Orient, sur le 11 septembre, sur le récent mouvement Occupy Wall Street, il n'a cessé de prendre position, en intellectuel dissident de la propagande occidentale qu'il démonte de l'intérieur. Mais c'est à propos des thèses développées dans son livre La Fabrication du consentement que nous l'interrogeons cette semaine, à la lumière de ce tremblement de terre symbolique qu'a été l'élection de Donald Trump aux États-Unis, et notamment à propos du rôle qu'y ont joué les médias, les anciens et les nouveaux."


      Les symptômes d’un état fasciste ~ Reflexiums
      "En 2003, le docteur Lawrence Britt, analyste politique de son état a publié un livre dans lequel il a étudié plusieurs caractéristiques d’un régime fasciste. L’étude se base sur des régimes tels que celui d’Hitler, Mussolini ou Pinochet et 14 signes permettent d’identifier les dérives d’un régime vers un état fasciste."
      Ps : Laurence (et non Lawrence) Britt n'est ni docteur ni analyste politique de profession, son article original  est paru dans le magazine payant "Free inquiry" en 2003,  en voici une version disponible : Fascism Anyone?  Fourteen Common Characteristics.


      "Faut-il être Charlie ? - Richard-Emmanuel Eastes [vidéo]
      • "« Faut-il » demander aux élèves « d’être Charlie » au nom de la défense de la liberté d’expression ? En tant que recteur de la HEP-BEJUNE, après avoir souhaité faire dire à la page Facebook de l’institution qui vous forme « Je suis Charlie », j’aimerais vous proposer une piste de réflexion face à cette question complexe. Elle consiste à assumer le paradoxe selon lequel dire « Je suis Charlie » n’implique pas nécessairement d'adhérer au discours de Charlie Hebdo. On peut « être » Charlie sans le « suivre » pour autant. Car « Je suis Charlie », cela signifie d'abord « J’ai le droit de dire ce que je pense et je défends ce droit comme une valeur fondamentale de nos démocraties occidentales ». A cet égard, oser dire « Je ne suis pas Charlie » lorsque tout le monde clame le contraire, c’est déjà user de ce droit… et, de fait, « être Charlie ». Cette formule en trois mots n'incarne pas l’adhésion à un journal provocateur, mais la liberté d’expression, l’esprit critique, la lutte contre les monopoles de la pensée et notamment les extrémismes et les fanatismes, en particulier religieux. On peut ne pas adhérer au discours de Charlie Hebdo, mais son existence est réconfortante au sens même où elle signifie que la liberté d’expression existe. Si je puis constater qu’il est possible de s’exprimer comme les chroniqueurs de Charlie Hebdo le font, alors c’est que ma propre opinion, plus modérée, est véritablement protégée de la censure et de la dictature de la pensée. Même si cela fait parfois un peu mal au ventre, il faut donc défendre et préserver un média comme ce journal non pour ce qu’il est, mais pour ce qu’il représente, justement parce qu’il est satyrique, impertinent, intolérable parfois. Les dessinateurs de Charlie Hebdo, ou le soi-disant humoriste Dieudonné, doivent être jugés s’ils enfreignent la loi en exerçant leur liberté d’expression, mais en aucun cas cela ne justifiera jamais de les assassiner."
      • "Car si nous n’y prenons pas garde, les actions terroristes d’Al Qaïda ou de l’Etat Islamique serviront indirectement, grâce à nos réactions, leurs propres intérêts. En effet un tel acte, commis au nom de l’Islam, pourrait risquer de faire croire aux occidentaux que c’est l’Islam qui est un problème. Et peut-être en est-ce même l’objectif caché comme nous allons le voir."
      • "Cet attentat n’est pas le produit de l’Islam. Il est le produit de l’éloignement des banlieues françaises, de la mise à l’écart de tout un pan de la société, de l’hégémonie occidentale sur la marche du monde depuis des siècles, du manque d’éducation, de la pauvreté, de la mondialisation, du choc des civilisations qu’elle entraîne conjointement avec le développement de la circulation des personnes et des informations… Ce sont bien les défauts de la marche du monde qui créent ces problèmes ; problèmes qui trouvent à se loger, pour s’exprimer, dans les intégrismes de tous ordres : idéologiques, politiques… ou religieux."
      • "Or si après un tel événement, plus de gens croient davantage que l’Islam est un problème, alors les musulmans seront davantage victimes de pressions, et davantage de musulmans modérés tendront à se radicaliser. En plus de résister contre les atteintes à la liberté d’expression, il est donc nécessaire de faire en sorte que l’Islam ne soit pas associé à ces actes barbares. Or pour qu’il ne leur soit pas associé, il est nécessaire qu’ils soient dénoncés par les musulmans eux-mêmes. Ce qui suppose qu’ils fassent partie du mouvement de protestation. Qu’ils soutiennent paradoxalement un mouvement de lutte contre ceux qui attaquent un journal qui insulte leur propre religion. Là réside toute la difficulté de la conduite à tenir : faire en sorte que personne ne croie que les terroristes, parce qu’ils sont ennemis des ennemis des musulmans, sont les amis des musulmans. C’est bien sûr à ces derniers d’agir, de trouver la voix juste entre la défense de la liberté d’expression et l’adhésion aux propos du journal. La tâche demande beaucoup de force et un immense courage, en plus de ceux qui leurs sont nécessaires pour combattre le fléau d’une forme de terrorisme qui s’est accaparé leur belle religion."
      • "« Je suis Charlie, même et surtout lorsque je ne suis pas d’accord avec lui »."



      Revue de Web [48/49] Histoire / Economie / Relations internationales

      Histoire, pensée économique et sociologie

      Perspectives macroéconomiques et marchés financiers

      USA

      • Donald Trump ne ment-il pas délibérément à ses électeurs? Jean Paul Baquiast
        • "Mais ces baisses d'impôts diminueront les ressources publiques de plusieurs dizaines de milliards de $ sur 10 ans. Elles bénéficieront en majorité aux contribuables les plus riches, n'apportant que des baisses insignifiantes aux plus pauvres."
        • "Autrement dit, les régulations protectrices seraient remplacée par un plus large appel au marché et à la concurrence. Les escrocs ayant dans le système bancaire précédent provoqué la crise des « subprimes » seraient encouragés à reprendre leurs opérations dans un cadre encore plus dérégulé."
        • "Concernant enfin la promesse de Trump au sujet d'un plan de développement d'infrastructures de 1.000 milliards de $ sur 5 ans, il ne s'agira pas d'un programme néo-keynésien se traduisant par des financements publics massifs au niveau fédéral comme à celui des Etats. Le plan de Trump se borne à promettre des dégrèvements d'impôts aux entrepreneurs privés investissant en faveur de ce plan. Or ceux-ci ne s'intéresseront pas aux équipements non productifs de revenus capitalistes. Ainsi les équipements routiers n'intéresseront pas les régions déjà démunies mais au mieux les quelques projets autoroutiers susceptibles de bénéficier d'importants péages. A plus forte raison en sera-t-il de même des écoles publiques. Seules en profiteront les université les plus riches, déjà abondamment pourvues. De plus, les investisseurs ne s'intéresseront pas particulièrement à la création d'emplois pour les chômeurs. Ils feront nécessairement appel à de nouvelles technologies ne créant aucun emploi. Il en a toujours été ainsi des si prisés « partenariats publics privés ». Dans le domaine enfin de la sécurité sociale, la diminution annoncée des Obamacare et autres politiques de relative redistribution des soins ne bénéficiera qu'aux patients les plus riches et aux professions de santé à leurs services. Reposons la question: qui Donald Trump trompe-t-il? "
      • Etats-Unis : pourquoi Donald Trump mise tout sur la finance dérégulée - Romaric Godin
        "En faisant de la dérégulation financière et de son complément les baisses d'impôts sa priorité, le nouveau président des Etats-Unis veut doper rapidement la croissance. Mais c'est un jeu risqué qui pourrait préparer la prochaine crise en oubliant de régler les questions essentielles des inégalités sociales et territoriales et de la baisse de la productivité. "

      Union Européenne

      • L’économie européenne prise au piège de ses contradictions | Reginald Savage
        • "À ce jour, le capitalisme financiarisé reste plus que jamais embourbé dans de nombreuses contradictions et fractures, particulièrement en zone euro. Il y a, d’une part, une politique monétaire de la Banque centrale européenne massivement expansionniste qui tente désespérément de sortir du piège de la déflation (c’est-à-dire de la baisse des prix et de la stagnation économique) en relançant le crédit, l’endettement privé et donc la croissance. Et, d’autre part, il y a la Commission européenne, avec le soutien très actif de l’Allemagne, qui continue imperturbablement de prêcher rigueur budgétaire et politiques déflatoires."
        • "le Fonds monétaire international (FMI) n’entrevoit plus qu’une croissance assez médiocre de 1,5 % en moyenne pour la zone euro en 2016-2017, et en recul de 0,2 % en 2017 par rapport à son estimation pré-Brexit. Ces résultats sont décevants si l’on tient compte de tous les éléments favorables qui auraient normalement justifié un rebond beaucoup plus soutenu, notamment en 2016 "
          • "des prix des importations énergétiques en baisse cumulée moyenne de pratiquement 50 % depuis 2014."
          • "des taux d’intérêt nominaux en chute libre, passant de 4 % en moyenne en 2008-2009 à moins de 1 % en 2015-2016"
          • "une dépréciation moyenne de l’euro de l’ordre de 15 % par rapport au dollar"
        • "Le thème de la stagnation séculaire recouvre une double problématique structurelle. La première est celle d’un niveau anormalement bas et/ou déclinant de l’investissement productif (d’où aussi, à terme, du potentiel de croissance). La seconde est celle du ralentissement persistant des gains de la productivité du travail [2] et donc également de la croissance. Ces deux aspects sont éminemment liés, dans la mesure où c’est par l’investissement neuf que les innovations technologiques et le progrès technique peuvent être incorporés aux nouveaux processus de production et de travail, et y soutenir, par conséquent, les gains de productivité du travail."
        • "l’économie mondiale se trouverait dans une situation d’excès d’épargne et de baisse tendancielle et structurelle du taux d’intérêt dit « naturel » (de plein emploi). Associée à une réduction parallèle de l’efficacité (ou productivité) marginale du capital ou de l’investissement, on assiste à un recul de ce dernier."
        • "Cette situation de stagnation est exprimée autrement par certains auteurs marxistes comme une tendance à la raréfaction des opportunités d’investissements jugées suffisamment rentables pour le capital. Ceci intervient alors que, paradoxalement, la profitabilité des entreprises se retrouve à un niveau historiquement élevé, et ne peut s’expliquer que parce que se multiplient, dans la sphère financière ou ailleurs, les opportunités de profits juteux et de rentes « sans production ni risque »."
        • "le faible niveau des investissements productifs du secteur marchand [8], et ce alors même que le secteur des entreprises – et en particulier des grandes entreprises – regorge de cash [9]. Sont ainsi mis en cause, par des approches alternatives, la « grève » des investissements productifs au profit d’une forte progression du taux de distribution des dividendes aux actionnaires, la vague des fusions-acquisitions visant le renforcement des positions dominantes oligopolistiques et la rationalisation plutôt que l’augmentation des capacités, les rachats massifs d’actions visant à doper les plus-values financières des actionnaires et les stock-options des manageurs-dirigeants surpayés, etc."
        • "comme nous l’a déjà appris la leçon japonaise, et plus récemment la relance budgétaire keynésienne ponctuelle de 2009-2010, une relance ciblée des investissements publics, même si elle est bienvenue conjoncturellement, ne résoudra pas durablement les problèmes de fond qui gangrènent le capitalisme financiarisé. Ceux-ci ont pour nom une répartition structurellement déséquilibrée des revenus (entre capital et travail), une explosion des inégalités sociales et de la précarité, un modèle court-termiste de gouvernance des entreprises qui privilégie majoritairement la distribution de dividendes, la concentration du capital et la constitution de rentes financières, au détriment de l’investissement productif et social. Ces problèmes dérivent d’un système qui organise une mise en concurrence systématique des États (et de leur endettement), des travailleurs, des systèmes sociaux et fiscaux. Ce système néglige les biens communs et sous-investit dans la transition énergétique et la viabilité écologique, faute de rentabilité financière suffisante à court terme."
      • Le Parlement européen ne vérifiera pas la légalité du CETA - AITEC
        "Ce mercredi le Parlement européen a décidé de rejeter par 419 voix contre 258 (et avec 22 abstentions) une résolution demandant la saisine de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) concernant l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada, le CETA."
      • Europe : comment la Révolution des Migrants a été Planifiée par Yves Mamou
        "L'immigration est-elle en soi une « mauvaise » chose ? Non ! Les transferts de population des pays à faible revenu vers les pays à revenu plus élevé sont presque une loi de la nature. Elles ont toujours eu lieu. Tant que le nombre de naissances et de décès dans le pays d'accueil demeure plus élevé que le nombre de migrants, le processus d'immigration est considéré comme bénéfique. Mais quand la migration devient le principal contributeur à la croissance démographique, ce qui devrait être une simple évolution devient une révolution."

      Monde Arabe

      Relations internationales

      • Le djihadisme, cet ennemi intime - Marc Cher-Leparrain
        Réponse au discours officiel français et à Jean-Yves Le Drian "Un an après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, quelques mois après ceux qui ont à nouveau endeuillé la France l’été 2016, un refrain d’agressé innocent continue d’être entretenu jusqu’au plus haut niveau de l’État. Confortable parce qu’il campe la France en victime d’une barbarie, il tend à renforcer le bien-fondé d’une politique uniquement guerrière posée en légitime défense contre le djihadisme. Ce discours, en partie synthétisé dans Qui est l’ennemi ? du ministre de la défense Jean-Yves le Drian (éditions du Cerf, juin 2016), détourne le citoyen français de comptes politiques qu’il devrait pourtant légitimement demander à ses gouvernants."
        • "Alliés « impies » de l’Occident"
        • "Persistance de l’aveuglement"
        • "Légitime défense ?"
        • "Une arme oubliée, le droit international"
        • "L’« ennemi de l’intérieur » n’existe pas"
        • "Un mouvement de réaction politique"
      • Tête bien pensante est par deux fois force de décision par Abou Djaffar
        "Personne ne conteste – ou ne devrait contester – le droit à la Russie d’avoir une politique, une diplomatie, des intérêts et des alliés, et, évidemment, une histoire. On aimerait simplement que ceux qui défendent ses options – et ils en ont le droit inaliénable – soient capables de raisonner au lieu, le plus souvent, de vociférer. Sans doute leur opinion n’en deviendrait-elle que plus audible."
      • Why China Thinks It Can Build a Utopian World Order | The National Interest
        "China is eager to show the world that it can be a responsible and accountable global leader."



      Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...