La « Grande Transformation » de Polanyi selon Asad Zaman

Ultra-synthèse de «  La Grande Transformation  » par Asad Zaman.


Le thème central du livre est une description historique de l’émergence de l’économie de marché comme concurrent de l’économie traditionnelle. L’économie de marché a gagné la bataille. Les idéologies soutenant l’économie de marché ont gagné la bataille correspondante sur le marché des idées. Aujourd’hui, la victoire de l’économie de marché est si complète qu’il est devenu difficile pour nous d’imaginer des sociétés où le marché ne joue pas un rôle central. Polanyi soutient que les marchés ont été d’une importance marginale dans les sociétés traditionnelles à travers l’histoire contrairement à la croyance populaire. L’économie de marché a émergé après une longue bataille contre ces traditions. Comme l’explique Polanyi, ce n’est pas un bon développement. La marchandisation des êtres humains et de la terre, exigée par la domination du marché, a fait des dégâts considérables à la société et à l’environnement. La valeur de la vie humaine a été réduite à son pouvoir d’achat.[...] De la même manière, les précieuses forêts tropicales, les récifs coralliens, les plantes et les espèces animales qui ont mis des millions d’années à se construire et ne peuvent être remplacés à aucun prix, sont réduits à la valeur du bois, de la nourriture ou des produits chimiques. Ceci est la cause fondamentale des catastrophes sociales et environnementales auxquelles nous sommes actuellement confrontés. L’analyse de Polanyi peut se résumer en six points.

Jacques Généreux présente le programme économique de Mélenchon [audio, 18 min]

Jacques Généreux, l’économiste de « la France insoumise » était l’invité de Guillaume Erner le 16 mars dernier, pour présenter le programme économique de Jean-Luc Mélenchon.

Avant de proposer un projet, il faut établir un diagnostic : le système économique est à l’envers, car il est à l’avantage des détendeurs de l’argent. L’économie est pilotée par l’obsession de la rentabilité financière à court terme. Du fait de la libre circulation des capitaux et du libre échange généralisé, le système donne les pleins pouvoirs aux détenteurs du capital. La transition écologique a été stoppée par cette vision de l’économie.

L’objectif est donc de remettre le système économique à l’endroit. Il ne s’agit pas d’être compétitif ou de réduire ni d’augmenter la dépense publique ; avoir un objectif chiffré n’est pas une finalité politique. L’objectif c’est de sauver la planète pour nos enfants, c’est-à-dire lancer une transition écologique, c’est de repartager les richesses équitablement, de faire que l’on vive dans des sociétés humaines où chacun peut contribuer à la production de richesse, c’est de sauver l’Union européenne en modifiant le rapport de force pour la refonder.

Je vous laisse écouter la suite :

Les sept règles du capitalisme


Selon Guy Standing, le capitalisme actuel n’a rien à voir avec les principes du libéralisme.
« Il y a un mensonge au cœur du capitalisme mondial. Les politiciens, les financiers et les bureaucrates de la planète prétendent croire en des marchés concurrentiels libres, mais ils ont construit le système de marché le moins libéral qui n’est jamais existé. Ce système est corrompu parce que le revenu est canalisé vers les propriétaires de biens financiers, physiques et intellectuels au détriment de la société. »
Dans « The Corruption of Capitalism. Why rentiers thrive and work does not pay », il énonce les sept principes du capitalisme :
  • Opacité sur la propriété et le contrôle des grandes firmes multinationales.
  • La rente plus que la concurrence est au cœur du fonctionnement de l’économie mondiale et repose sur les droits de propriété intellectuelle.
  • Les entreprises privées reçoivent beaucoup de subventions publiques.
  • L’excès de crédit, au départ il est nécessaire à la croissance, qu’il y en ait trop la bride et conduit aux crises financières.
  • Privatisation des biens communs, des biens et des services qui devraient appartenir à tous comme les services environnementaux, sociaux ou culturels.
  • Développement du précariat et du travail à la tâche sur le modèle social du XIXe siècle.
  • Capture du politique par les élites entrepreneuriales qui ont le pouvoir d’orienter les décideurs politiques.

Personnes agées : la génétique et l'évolution expliqueraient certains problèmes de santé liés à l'alimentation

Résumé de « The dark side of cultural evolution » de Peter Turchin

L’agriculture et l’élevage permirent notre civilisation. Aujourd’hui, bien que nous soyons dotés d’une longue espérance de vie nous avons aussi des problèmes de santé, typiques de notre modernité.

Parmi les chercheurs, il n’y a pas de consensus, certains affirment que notre corps est resté à l’ère du pléistocène et n’est pas adapté à la vie sédentaire ni à un régime hypercalorique. D’autres expliquent que les 400 générations qui nous séparent des débuts de l’ère sédentaire ont été suffisantes pour que l’évolution fasse son travail, l’exemple classique étant l’évolution de notre capacité à digérer le lait.

Michael Rose, biologiste de l’évolution, a développé un argument plus subtil. Il utilise un modèle mathématique pour appuyer sa thèse mais celle-ci est plutôt simple.

La nature de la monnaie selon les institutionnalistes

André Orléan présente la vision institutionnaliste de la monnaie considérée comme un système de relations sociales qui structure et organise la société.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...