Le pic pétrolier est mort! Vive le pic pétrolier!

traduction libre et non autorisé de Peak Oil is dead! Long live Peak Oil! de Noah Smith.
emphases et crochets de captainshortman, graphiques rajoutés.


Un de mes sites préférés, The Oil Drum, s'arrête, et je suis fou! Tout le monde en attribue la fermeture à la mort du meme "pic pétrolier", qui lui-même est attribué à la fracturation hydraulique. Le premier est sans doute vrai; la manie du “pic pétrolier” est terminée. Mais la seconde est fausse. La fracturation hydraulique n'a pas tué le pic pétrolier. Elle ne s’est juste pas adapté aux récits que bon nombre des partisans du pic pétrolier ont présenté.

La thèse du pic pétrolier est simple: la production mondiale de pétrole va bientôt atteindre un sommet et commencera à décliner. Mais il y avait deux histoires possibles que les partisans du pic racontaient sur comment cela se déroulerait:
"Le bon pic pétrolier”: Dans ce cas, nous trouvons quelque chose qui est mieux que le pétrole, et passons à cela, tout comme nous avons abandonné l'huile de baleine. Les prix et la production de pétrole vont alors tomber tous les deux.
"Le mauvais pic pétrolier": Dans ce cas, nous ne trouvons rien de mieux que le pétrole et comme le pétrole devient plus rare, le prix va monter, tandis que la production de pétrole et l'activité économique globale se contracteront tous les deux.

Mais nous n’avons eu aucune des deux. Ou plus exactement, nous avons eu un peu des deux, couplé avec autre chose qui ne correspond à aucun de ces deux scénarios. Voici ce qui s'est passé:


1. La demande mondiale de pétrole a augmenté, en raison de la croissance dans les marchés émergents, faisant grimper les prix du pétrole dans les années 2000 - de l'ordre de 20 $ à plus de 100 dollars, soit une multiplication par cinq.
source (mbpd: million barrels per day )


[Avec un prix moyen de 111,65 dollars en 2012, le Brent boucle sa 4ème année en hausse, dépassant de peu son record 2011 établi à 110,91 dollars. La Tribune]
2. A ce nouveau prix plus élevé, il est devenu rentable d'exploiter les sources couteuses de pétrole comme le pétrole de schiste (fracturation), le pétrole en eaux profondes et les sables bitumineux.

3. Même à ces nouveaux prix plus élevés, il n'a pas été rentable d'augmenter la production de pétrole "conventionnel". Au lieu de cela, toutes les augmentations nettes de production sont venues de sources «non conventionnelles». Et la plupart de cette production «non conventionnelle» n'est pas vraiment du «pétrole», mais une production de «liquides», qui inclut des choses comme les liquides de gaz naturel.

4. Il y a eu un décalage de plusieurs années dans le milieu des années 2000, où la production mondiale de pétrole a atteint un plateau alors que les prix ont augmenté. Cela a abouti à une hausse spectaculaire des prix du pétrole en 2007-8 qui s’est ensuite calmée en raison de la récession mondiale et de l'augmentation spectaculaire de la production de pétrole non conventionnel.
source



5. Les prix du pétrole sont encore au dessus de 100 $, alors même que la croissance mondiale a été lente. Pendant ce temps, l'utilisation du pétrole dans les pays riches a baissé de manière significative.


Cette histoire ne s’emboite pas facilement avec aucun des scénarios du pic pétrolier. Mais il comporte des éléments importants des deux.

Tout d'abord, le pic de pétrole conventionnel, couplée à une augmentation spectaculaire dans le pétrole non conventionnel, ressemble beaucoup au scénario du “bon pic pétrolier”, dans lequel la technologie produit une nouvelle source alternative d'énergie , et nous passons à la nouvelle source.

Mais l'augmentation apparemment permanente des prix du pétrole et la baisse de la demande de pétrole dans les pays riches, se réfère à l’histoire du “mauvais pic pétrolier". Il indique que le monde est de frapper par les contraintes d'approvisionnement en pétrole.
source



(Et bien sûr, ce que les partisans du pic ont manqué a été le pétrole non conventionnel lui-même. Certains d'entre eux n’ont carrément pas vu arriver la technologie, tandis que d'autres simplement ont omis de prévoir que la terminologie de l'industrie passerait  du mot  "pétrole" au mot "liquides" plus ambigu.)

Donc ce qui s'est passé n'est pas que nous sommes passés à quelque chose de mieux que le pétrole. Nous sommes passés à quelque chose de pire que le pétrole conventionnel: le pétrole non conventionnel, ce qui est plus coûteux à extraire et / ou à raffiner en produits finis. Cela nous a laissé  de manière permanente plus pauvres  que nous serions si le pétrole conventionnel n'avait pas été frappé par des contraintes d'approvisionnement mondial. Remplir votre réservoir d'essence est deux fois plus cher maintenant [aux USA], en termes réels [prise en compte de l’inflation pour comparer des choses comparables], qu’il y a deux décennies.

Gas Prices Medium Term
Jpo at the English language Wikipedia [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/) or GFDL (www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], from Wikimedia Commons





















[3,60 usd prix moyen 2011-2013]

Et ceci est peu susceptible de changer. Dans l'ensemble de l'économie, l'augmentation des coûts de carburant pour le transport pourrait être un des principaux moteurs de la Grande Stagnation, qui se manifeste le plus clairement dans la stagnation de la technologie des transports depuis les années 1970.[il est où le concorde?]

Fondamentalement, ce qui est arrivé est la chose suivante: la rareté a attaqué l’humanité, et l'ingéniosité humaine a répliqué. Grâce à des efforts héroïques, la catastrophe a été évité. Mais l'ingéniosité n'a pas remporté une victoire sensationnelle, comme il l'a fait lorsque nous sommes passés du bois au charbon, ou de l'huile de baleine au pétrole. Au lieu de cela, l'humanité a été contraint à une retraite combattante, avec ingéniosité l'exécution d'un brillant combat d'arrière-garde et en forçant la rareté à stopper sa poursuite ... pour l'instant. Mais l'humanité a perdu du terrain.
Et la rareté pourrait ne pas attendre très longtemps avant de lancer une autre attaque. Les futures augmentations de la production de pétrole non conventionnel (y compris pétrole de schiste et kérogène) est susceptible d'être beaucoup plus cher que le fruit à portée de main, que nous avons récolté jusqu’à aujourd’hui. Couplé avec la hausse continue de la demande de pétrole des pays en développement et le déclin continu dans les champs de pétrole conventionnel, cela pourrait provoquer une nouvelle hausse des prix du pétrole. Cela  ramènera le meme "pic pétrolier", qui ne semble intéresser la plupart des gens que comme un véhicule d'investissement. Mais malheureusement, “The Oil Drum” ne sera pas là pour faire la chronique du retour du pic pétrolier.

En attendant, quoique que vous pensez de la prouesse prédictive des partisans du pic, les implications politiques de la transition permanente du pétrole bon marché au pétrole cher sont les mêmes. L'humanité est à court de carburant de haute qualité (pour le transport) remplaçable et dense en énergie , et il n'y a pas de substitut à l'horizon. La création d'un remplaçant - que ce soit les biocarburants, les batteries chargées par du solaire bon marché, ou autre chose  - va nécessiter beaucoup de recherche qui va coûter beaucoup d'argent. Et de façon réaliste, la seule entité qui mettra en place ce genre d'investissement est l’état.


Mise à jour: Sur Twitter, Kate Mackenzie m'a suggéré de mentionner le changement climatique. À l'apogée du meme du “pic pétrolier”, certaines personnes ont laissé entendre que le pic pétrolier pourrait nous sauver du changement climatique. Mais cela a toujours été un complet fantasme , les chiffres clairement ne s'accordent pas. La génération d'électricité produit assez de CO2 pour réchauffer la planète sans avoir besoin de l'aide des carburants polluants. Le véritable espoir pour stopper le réchauffement climatique réside dans la production d'électricité à faible émission de carbone - passage du charbon au gaz dans le très court terme, puis à l'énergie solaire quelques années plus tard.

Mise à jour 2: Karl Smith n’est pas d’accord avec mon billet.

Mise à jour 3: Dans les commentaires, Robert Frey soulève un point très important sur les prévisions conditionnelles et celles qui sont inconditionnelles:
Argumenter que la prédiction du pic pétrolier était insensé ou inexacte, car il n'a pas été réalisé, c'est un peu comme argumenter qu'un programme de vaccination n'était pas nécessaire parce que l'épidémie ne s'est jamais produite. Les géologues qui ont fait de telles prédictions n'étaient pas des imbéciles. Leurs modèles ont été bien pensés et soigneusement validés. Ils ont compris les conditions et les limites de leurs pronostics et se considéraient pas comme des prophètes de malheur, mais comme des agents du changement. Nous leur devons reconnaissance et non dédain.
OUI. Exactement. Si les physiciens prédisent qu'un astéroïde va frapper la Terre, et en réponse nous envoyons une bombe et détournons l'astéroïde avec succès, vous saluez les physiciens comme des héros, plutôt que de les ridiculiser comme des moins que rien. C'est quelque chose que de trop nombreux économistes et commentateurs économiques et financiers ont faux quand ils parlent de "prédictions". Je vous remercie.
____________
Resilience.org recense quatre  articles récents sur le sujet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...