Comment l'Internet transforme-t-il la façon dont nous pensons?


La fondation The Edge a fait 170 interviews de personnalités qui ont répondu à cette vaste et passionnante question: "Comment l'Internet transforme-t-il la façon dont nous pensons?"
Hubert Guillaud le rédac chef d'InternetActu.net en as fait un compte rendu en 5 posts.
Voici mes surlignages grâce à Diigo:

telle était la grande question annuelle posée par la revue The Edge à quelque 170 experts, scientifiques, artistes et penseurs.
“Une nouvelle invention a émergé, un code pour la conscience collective qui nécessite une nouvelle façon de penser”, explique John Brockman, l’éditeur de The Edge.

L’internet change la façon dont nous décidons

L’internet évolue.
Notre relation au réseau est similaire à notre relation à notre écosystème biologique. Nous en sommes codépendants, et pas entièrement maîtres.”
Si le thème des Lumières était l’indépendance, notre propre thème est l’interdépendance. Nous sommes maintenant tous reliés, les humains et les machines. Bienvenue à l’aube de l’intrication.”

La question importante n’est peut-être pas de savoir comment l’internet change la manière dont l’on pense, mais plutôt comment l’internet apprend lui-même à penser.”

professeure de psychologie à l’université de Stanford, Lera Boroditsky
De nombreuses recherches ont montré que l’homme s’adapte de manière spectaculaire à la façon dont il utilise le monde.
“Pourtant, être capable d’écrire les choses, de dessiner des diagrammes, et autrement externaliser le contenu de notre esprit en quelque format stable a considérablement augmenté nos capacités cognitives et communicatives.”
“Plus que de modeler la façon dont on pense, l’internet modèle la façon dont comment on pense qu’on pense”


Un modèle de conception

Pour Neil Geshenfeld, le directeur du Centre pour les bits et les atomes de l’Institut de technologie du Massachusetts
ce sont les idées originales que les pionniers ont mis dans l’internet qui sont le plus intéressantes. Comme l’interopérabilité, l’évolutivité, le principe de bout en bout, les standards ouverts…


L’internet nous empêche de le comprendre

Pour Neri Oxman, architecte et chercheuse au MIT,
“Le web est l’hypermnésie humaine”, constate l’architecte… “Une anthologie inépuisable de toutes les choses enregistrées”
“Les modèles sont devenus la réalité même qu’on nous demandait de modeler.”
L’instanciation de l’internet inhibe la nature cognitive de la pensée créative et réfléchie.”

Pour le comprendre, il nous faut inventer une nouvelle science


“Au milieu des années 1700, Samuel Johnson avait observé qu’il y avait deux sortes de connaissances : ce que vous savez et ce que vous savez où chercher”, explique le prospectiviste Paul Saffo (blog).
“L’internet a changé notre façon de penser, mais s’il doit devenir un changement pour le mieux, nous devons ajouter un troisième type de connaissance à la liste de Johnson : la connaissance qui nous importe.”

L’internet nous rend-il plus attentifs ?

Pour le gourou des nouvelles technologies Kevin Kelly (blog), l’internet nous permet de porter plus d’attention à des travaux plus complexes, plus gros et plus compliqués qu’avant.

Albert-Laszlo Barabasi, le spécialiste de l’étude des réseaux, directeur du Centre de recherche sur les réseaux complexes  “La plupart de mes recherches consistent à trouver des principes organisateurs – des lois et des mécanismes – qui s’appliquent non pas à un, mais à de nombreux systèmes complexes.”

Internet est mon sixième sens, reconnaît-il et il a transformé la façon “dont j’approche les problèmes”.

le philosophe Daniel Dennett, professeur au Centre d’études cognitives  Comme le disait Lord Acton : “le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument”, 

“Nous sommes tous aujourd’hui en possession d’un pouvoir presque absolu dans plusieurs (mais pas toutes) dimensions de la pensée. Et cela déforme énormément l’équilibre entre ce qui est dur et ce qui est facile. Cela doit donc également nous corrompre tous d’une manière que nous ne savons pas encore empêcher.”

L’attention est l’alphabétisme du XXIe siècle 

 
Nicolas Carr qui s’apprête à publier un livre sur l’attention  “Un livre qui attire notre attention nous isole de la myriade de distractions qui remplissent notre vie quotidienne, alors qu’un ordinateur en réseau fait exactement le contraire. Il est conçu pour disperser notre attention.” 
“Sachant que la profondeur de notre pensée est directement liée à l’intensité de notre attention, il est difficile de ne pas conclure que, à mesure que nous nous adaptons à l’environnement intellectuel du Net, notre pensée devient moins profonde. (…) Ma propre expérience me porte à croire que ce que nous risquons de perdre sera au moins aussi grand que ce que nous avons à gagner”

Howard Rheingold  l’internet transforme profondément notre capacité de concentration, mais il est capable de nous rendre plus attentifs seulement si nous nous en donnons les moyens.

Il est facile de tomber dans la distraction, la désinformation, la superficialité, la crédulité, la dépendance, l’aliénation…  
“Autant de tentations qui menacent surtout les esprits non entraînés. Apprendre la discipline mentale qui convient pour utiliser ces “outils à penser” sans perdre sa capacité à se concentrer est l’un des prix que je suis content d’avoir payé pour accéder à ce que le web à a offrir.”  
La technologie ne suffit pas : il faut améliorer les savoirs et les savoir-faire  Pour Rheingold, la capacité à se concentrer, à prêter attention, est devenue un apprentissage fondamental à acquérir pour utiliser ces outils.   
ces outils visent à “accroître la capacité de l’homme à approcher des situations problématiques complexes”. nécessitent aussi d’améliorer les savoirs et les savoir-faire.  L’attention est l’alphabétisation fondamentale”, explique encore Rheingold. “Chaque seconde que je passe en ligne, je dois faire des choix pour savoir comment dépenser au mieux mon attention”.

L’internet affecte jusqu’à notre Moi

“l’Internet reconfigure mon cerveau. Il ne change pas seulement la manière dont je pense. L’influence est bien plus profonde. Elle pénètre déjà mes rêves.”
Pour le philosophe Thomas Metzinger
“L’attention est un produit fini, et il est absolument essentiel pour vivre une bonne vie. Nous avons besoin de l’attention afin d’écouter réellement les autres – ainsi que nous-mêmes. Nous avons besoin d’attention pour profiter vraiment des plaisirs sensoriels, ainsi que pour apprendre efficacement. Nous en avons besoin pour être réellement présents lors de nos rapports sexuels, comme pour simplement contempler la nature. Notre cerveau ne peut produire qu’une quantité limitée de cette précieuse ressource chaque jour.

Aujourd’hui, les industries, la publicité et les spectacles attaquent les fondements mêmes de notre capacité d’expérience. Ils essaient de nous dépouiller de la plupart de nos ressources rares, et ils le font de manière toujours plus persistante et intelligente. Nous savons tout cela. Mais voici quelque chose que nous commençons tout juste à comprendre – que l’internet affecte notre sentiment du Moi, et à un niveau fonctionnel plus profond.

La question de l’attention à l’heure des interfaces du subconscient


Pour David Dalrymple, chercheur, responsable du Projet Machine à penser à l’Institut de technologie du Massachusetts, certes, “Le filtrage, plus que l’oubli, est la compétence la plus importante de ceux qui utilisent l’internet”
l’internet a trois conséquences primaires : l’information n’est plus stockée par les gens, mais est gérée par l’internet ; l’attention est de plus en plus difficile à atteindre dans un monde où les distractions sont partout ; l’internet nous permet de parler et d’écouter le monde sans effort.
Tant et si bien qu’un jour toutes les connaissances et expériences seront partagées universellement et que la notion d’individu ne sera qu’un moment d’une attention particulière de chacun… 


L’internet change la façon dont on vit l’expérience

Pour les artistes Eric Fischl et April Gornik 

“Pour des artistes, la vue est essentielle à la pensée. Elle organise l’information et permet de développer des pensées et des sentiments. La vue c’est la manière dont on se connecte.”

Le jugement de Brian Eno,  

“Je note que l’idée de l’expert a changé. Un expert a longtemps été quelqu’un qui avait accès à certaines informations. Désormais, depuis que tant d’information est disponible à tous, l’expert est devenu quelqu’un doté d’un meilleur sens d’interprétation. Le jugement a remplacé l’accès.”

Pour Linda Stone :

“Plus je l’ai appréciée et connue, plus évident a été le contraste, plus intense a été la tension entre la vie physique et la vie virtuelle.  
Un contraste qui a ramené Linda Stone à mieux apprécier les plaisirs du monde physique. “Je passe maintenant avec plus de détermination entre chacun de ces mondes, choisissant l’un, puis l’autre, ne cédant à aucun.”

Le pouvoir de la conversation


la philosophe Gloria Origgi  

l’internet révèle le pouvoir de la conversation 
rappeler combien le dialogue permet de penser et construire des connaissances.  
“L’internet nous permet de penser et d’écrire d’une manière beaucoup plus naturelle que celle imposée par la tradition de la culture de l’écrit : la dimension dialogique de notre réflexion est maintenant renforcée par des échanges continus et liquides”  
“Je vois cela comme une amélioration de notre façon d’extérioriser notre façon de penser : une façon beaucoup plus naturelle d’être intelligent dans un monde social.”

Yochaï Benkler, professeur à Harvard  

A priori, s’interroge le savant, l’internet n’a pas changé la manière dont notre cerveau accomplit certaines opérations. Mais en sommes-nous bien sûr ?  
comment l’internet change la façon dont on pense le monde”  
permet d’accéder à de nouveaux niveaux de proximité ou d’éloignement selon des critères géographiques, sociaux, organisationnels ou institutionnels.
Internet ajoute à cette transformation sociale un contexte “qui capte la transcription d’un très grand nombre de nos conversations”, les rendant plus lisibles qu’elles ne l’étaient par le passé l’internet permet de nous parler en nous éloignant des cercles sociaux, géographiques et organisationnels qui pesaient sur nous et nous brancher sur de tout autres conversations que celles auxquelles on pouvait accéder jusqu’alors.  
“Penser avec ces nouvelles capacités nécessite à la fois un nouveau type d’ouverture d’esprit, et une nouvelle forme de scepticisme”, conclut-il. L’internet exige donc que nous prenions la posture du savant, celle du journaliste d’investigation et celle du critique des médias. 
 

Mondialisation intellectuelle


Pour le neuroscientifique français, Stanislas Dehaene 

l’internet est en train de révolutionner notre accès au savoir et plus encore notre notion du temps.
Pour Barry C. Smith, directeur de l’Institut de l’école de philosophie de l’université de Londres, internet est ambivalent. “Le privé est désormais public, le local global, l’information est devenue un divertissement, les consommateurs des producteurs, tout le monde est devenu expert”…  

L’internet ne s’est pas développé hors le monde réel : il en consomme les ressources et en hérite des vices. On y trouve à la fois le bon, le fade, l’important, le trivial, le fascinant comme le repoussant. Face à l’accélération et l’explosion de l’information, notre désir de connaissance et notre soif à ne rien manquer nous poussent à grappiller


(4/5) : l’internet n’a-t-il rien changé ?

 
Internet n’a rien changé !

 
Pour Ian Wilmut, directeur du Centre de médecine regénérative de l’université d’Edinburgh et auteur de Après Dolly : “l’usage d’internet n’a pas changé la façon dont je pense, mais il m’a permis d’accéder facilement et immédiatement à une extraordinaire diversité d’idées et d’information.”

 
Pour Nicholas A. Christakis (page personnelle), médecin et spécialiste en sciences sociales, professeur au Département de sociologie de l’université d’Harvard, auteur de Connected, les nouvelles techniques d’augmentation cognitives, matérielles ou logicielles, internes ou externes à notre corps, ne changent pas plus notre esprit que les techniques plus anciennes. Aucune ne modifie le cerveau, estime le chercheur.
L’intelligence de notre cerveau a évolué en réponse aux exigences de la complexité sociale, affirme l’auteur en reprenant “l’hypothèse du cerveau social”.
performance
Le facteur essentiel repose plutôt sur la capacité de l’esprit humain à former des cartes mentales pour comprendre les relations.
l’internet ne change pas la réalité fondamentale de ma pensée, pas plus qu’il ne change notre propension fondamentale à la violence ou notre capacité innée à l’amour”.


 
L’internet peut tout changer

 
un usage majoritaire dans le monde développé depuis moins d’une décennie
il a considérablement amélioré l’accès à l’information, a permis la collaboration à très grande échelle avantages
distractions constantes inconvénients
Ce qui était rare et précieux avant a cessé de l’être”, explique le professeur Clay Shirky
les professionnels des médias cèdent la place à la participation de deux milliards d’amateurs, ce qui a bien sûr pour conséquence de faire baisser la qualité moyenne de la pensée publique.

 
trop tôt pour répondre à la question
parce que les changements profonds ne seront manifestes que lorsque les nouvelles formes culturelles rendues possibles par la technologie seront assimilées.
Il pourrait permettre à chacun d’accéder à un matériel éducatif minimum dans un océan de narcissisme et d’obsessions sociales.
l’éditorialisation est devenue la nouvelle littéracie, c’est-à-dire la nouvelle compétence à acquérir.

 
Pour le célèbre biologiste évolutionniste, Richard Dawkins, “le web est une œuvre de génie, l’une des réalisations les plus élevées de l’espèce humaine, dont la qualité la plus remarquable est qu’il n’a pas été construit par un génie individuel
mais par une confédération anarchiste d’unités largement anonymes situées partout dans le monde.”
La rapidité et l’ubiquité de l’internet contribuent au fait que nous devons être plus critiques qu’au temps des livres imprimés.


“Comment l’internet a-t-il transformé votre manière de penser ?”
ce que l’internet a transformé (ou pas), profondément, dans vos pratiques et dans vos manières de penser et d’agir. 



    Reblog this post [with Zemanta]

    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...