Résumé du discours de Papandréou au parlement ce jeudi 3 novembre

Petit résumé du discours de Papandréou.
Il a expliqué tous les efforts fournis par les grecs depuis 2 ans, en précisant qu’ “il semble que nous ayons été une sorte d’expérimentation animale au sein de l’Europe.” (!)
Concernant le référendum : il précise que depuis le début, “l’opposition n’a jamais voté pour les mesures”. Il poursuit : “Je ne peux pas comprendre pourquoi les politiciens Européens ont été surpris de cette annonce car j’avais évoqué plusieurs fois cette possibilité. Et c’est notre droit. Je ne peux pas comprendre pourquoi nous devrions être surpris, à la fois de la réaction des autres partenaires Européens, et que, pour eux, la question qui se pose soit si nous restions ou non dans la zone euro. Tout est connecté. Je veux être clair et préciser qu’il n’a jamais été question de demander aux grecs s’ils souhaitent rester ou non dans la zone euro. Le plan était de demander au peuple grec si il acceptait le nouveau contrat du 26/10. Je veux être clair également et je précise que les 2 sont fortement connectés : en refusant le plan, nous sortons de la zone euro. Cet agrément est le plus important que la Grèce est connu avec des règles à long terme très intéressante pour le pays.”
Papandréou a précisé qu’il voulait faire ce référendum car il a “confiance en la maturité et la sagesse des grecs plus qu’en la maturité et la sagesse de l’opposition”. (au moins, c’est clair). 
Il a expliqué ensuite les 3 choix possibles qu’il avait :
1. avoir une coopération entre tous les partis et valider le contrat du 26/10 ;
2. nouvelles élections (en précisant que pour lui, le pays n’est pas assez stable pour supporter de nouvelles élections aujourd’hui) ;
3. Référendum.

Il a indiqué que le 2ème choix n’était pas possible, que l’opposition n’a jamais souhaité la 1ere solution et qu’il n’avait pas d’autre choix que de proposer la 3ème.
Ensuite il a parlé de généralité sur le systèmes politique et économique mondial, et a précisé notamment : “Nous sommes dans un système gouverné par les banquiers et les lobbyistes. Les société comme Goldman Sachs sont plus puissantes que les parlements.” (Mario sera content.)
Il n’a pas souhaiter faire de commentaire sur les discours de Samaras (chef de l’opposition) des 2 derniers jours, car il ne “veux pas rajouter de l’huile sur le feu et souhaite voir l’avenir de manière positive” : “Nous pouvons travailler ensemble”.
Il a précisé également : “Quand j’ai proposé le référendum, je m’attendais à une réponse positive. Je dois être honnête avec vous, je ne suis pas sûr que nous pouvons mettre en place ce contrat, pas en temps que gouvernement, mais en tant que pays. Tous les partis doivent accepter, ou le peuple doit décider.”.
Il a souligné durant tout son discours les efforts des grecs et leur courage. Il a évoqué souvent le mot “démocratie”.
Mais le référendum est probablement de l’histoire ancienne (pour l’instant en tout cas, on s’y perd un peu, avouons le :) )), l’opposition serait prête à trouver un consensus.
Mais comment va réagir la population ?


Retrouvez le billet complet sur http://captainshortman.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...