Joyeuses Pâques!!!

Voici mes vœux pour cette nouvelle décennie:

Je nous souhaite connaissance, conscience, imagination et création.

1/5 de la population mondiale consomme 4/5 des ressources planétaires utilisées chaque année (paradoxe le rmiste est riche comparé à l'ensemble de la population mondiale!). Dit en passant ces ressources ont un volume fini (même si on ne connait pas précisément ce volume et qu'il y a moyen de faire gonfler le ballon encore un peu ...si peu).


Depuis plus de 20 ans, 2 autres cinquièmes (Chine, Inde, Brésil, et d'autres pays dits émergents) courent très vite pour nous rattraper dans cette consommation; à bien des égards certaines de ces populations nous ont déjà dépassé dans ce développement économique par exemple la Corée du Sud.
L'équation devient donc impossible.
Pour parler cru il nous faut soit tuer soit partager (oui je sais c'est réducteur cette alternative binaire).
Voilà vite écrite, l'idée, qui traverse en même temps, toutes ces problématiques dont nous sommes plus ou moins conscient (environnement, climat, eau, espèces, terres, énergie, matières premières, finance, économie, social...) et qui sont toutes reliées.
Mettez les noms que vous voulez sur les conséquences présentes et à venir  : décroissance, crise, chômage, révolution, pauvreté,misère, innovation, mutation, bouleversement... que   sais-je encore?
Les émergents sont résolu à avoir leur part, de gré ou de force et, c'est légitime.
C'est l'histoire de l'arroseur arrosé (mondialisation, production de masse) oui oui!!!


-Les faits présentés si rapidement sont un peu caricaturaux car il y a des disparités au sein des pays émergents et le dilemme ne se tient pas forcement entre pays mais aussi entre catégories sociales au sein de chaque territoire- pourtant dans l'absolu le raisonnement reste valable... à mon avis.


Partagez vous ce constat?
Si non expliquez moi s'il vous plait
Et si oui qu'en faites vous?


Je nous souhaite donc d'éviter la violence et de partager.
Cela commence dans nos cœurs, dans notre proximité.


Et pour nous donner un peu de coeur à l'ouvrage voici une fable amérindienne: la légende du colibri, appelé parfois l'oiseau mouche , ami des fleurs...
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt.
Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient impuissants le désastre. 
Seul le petit colibri s'activait, allant chercher quelques gouttes d'eau dans son bec pour les jeter sur le feu.
Au bout d'un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit  « Colibri ! Tu n'es pas fou ! Tu crois que c'est avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu ? ! » Le colibri lui répondit alors : « Je le sais, mais je fais ma part ». La légende raconte que chaque animal se sentit concerné, que chacun à sa manière fit sa part et que la forêt fut sauvée ! » Telle est notre responsabilité à l'égard du monde car nous ne sommes pastotalement impuissants si nous le voulons bien.

Vous trouverez facilement l'origine de ce petit conte si le cœur vous en dit.


La devise écrite sur le fronton de nos mairies aussi juste puisse t-elle être, est devenu un slogan vide de sens quand nous le prononçons ou plus exactement 99% de nos actions piétinent ce vœux pieu.
Il y a 33 ans, Henri Laborit dans « l'Eloge de la fuite » nous proposa plutôt « Connaissance, Conscience, Imagination » dont la suite naturelle est la création. Prenez le temps de mâcher lentement ces 3 mots, d'y songer, et qu'ils puissent faire un peu partie de votre quotidien pour la décennie à venir.
Nous pourrons ensuite, peut être, revenir à « Liberté, Egalité, Fraternité ».







Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...