Les dix plus importantes tendances du développement durable de la prochaine décennie

Voici une traduction, de quelques extraits, de l'article Worldchanging: Bright Green: The Next Decade's Top Sustainability Trends

1. Culture du vélo 2.0
Les habitants de Copenhague utilisent le vélo pour 37% de leurs déplacements.
Le programme de partage de vélos Velib' à Paris est réussi (42 millions d'utilisateurs enregistrés).


2. Mexico, le changement climatique et l'avenir des villes
Parce que "Nopenhagen" a été un semi échec, la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Mexico prend des proportions beaucoup plus importantes que prévu initialement. Après la déception à Copenhague, le secrétaire M. Ban Ki-moon, sans perdre de temps, a appelé les dirigeants du monde à signer un traité juridiquement contraignant sur les réductions des émissions de carbone et à contribuer à un fonds international pour les pays en développement qui sera ouvert
ce mois-ci[ndcs: janvier 2010]. Espérons que ce fond réponde de façon adéquate au développement urbain durable des villes asiatiques, dont l'hyper-croissance non réglementée devrait contribuer à plus de la moitié de l'augmentation mondiale des gaz à effet de serre d'ici 2027.

3. L'essor des biocarburants cellulosiques
La production de biocarburants classiques à partir de maïs, de soja et d'huile de palme comme alternative à l'essence d'origine fossile a rencontré et créé de nombreux problèmes au cours de la dernière décennie.
Les biocarburants cellulosiques, en revanche, offrent la promesse pour le milieu de la décennie d'une création d'une d'énergie viable (l'une des nombreuses qui seront nécessaires) à partir de déchets, tels que les déchets de bois, herbes, tiges de maïs, et autres produits non alimentaires.


4.
Le mariage des TIC (technologies de l'information et de communication) et des villes vertes
augmenter l'efficacité des ressources et de l'énergie sur la plupart des aspects du développement urbain.

  • suivre la congestion du trafic et systèmes de tarification (péages).
  • applications à la distribution de l'eau (détection des fuites sur les réseaux, purification).
  • applications à l'immobilier (technologies pour contrôler la température, la lumière, l'humidité et l'occupation humaine).
  • transports publics intelligents et logistique.
  • bureaux publics partagés et téléprésence.
  • appareils ménagers et de bureaux intelligents en liaison avec le réseau électrique.
  • réseaux électriques intelligents.
  • centres de données (serveurs) pour les villes.
  • comptabilisation et inventaire de l'empreinte carbone.

5. La mise en œuvre des taxes sur le carbone
Une poignée de pays ont une certaine forme de taxe sur le carbone, principalement en Scandinavie.


6. La première grande adaptation urbaine au changement climatique: la sécheresse
Comme Maude Barlow écrit dans son livre « Le Pacte bleu » en 2008, les villes sont devenues des points chauds pas seulement à souffrir de pénuries d'eau, mais aussi dans de nombreux cas l'urbanisation se fait en créant ou en exacerbant la gravité de la sécheresse.

7. Fin du pétrole bon marché / approche des pénuries de combustibles fossiles
Outre l'eau, le pétrole est la ressource la plus menacée dans les économies développées.
Le problème n'est pas que les réserves sont vides, mais que le pétrole restant à exploiter d' une manière rentable est de plus en plus en plus difficile à trouver.
Shell estime que, après 2015, la production de pétrole ne suivra plus la demande.
Le pétrole va continuer à être un point imprévisible pour l'économie mondiale.
En 2007-2008, la hausse des prix du pétrole ont contribué à déclencher rapidement une récession mondiale profonde, au cours de la prochaine décennie le pétrole peut déclencher une chaîne d'événements économiques et civils qui pourraient être beaucoup plus sévères.
Une récidive prolongée des prix du pétrole au-dessus de 100-150 $ le baril détruira la spéculation immobilière du modèle péri-urbain fondé sur la voiture et frappera de nombreux autres éléments (produits alimentaires, importation, produits à base de pétrole) de l'
économie occidentale.

8. Focus sur l'agriculture urbaine
Comme les prix du carburant vont augmenter très vite et des pénuries d'énergie inattendues vont se produire, les prix des aliments augmenteront rapidement, en particulier pour les aliments qui doivent être transportés sur de longues distances via les avions, stockées puis traités industriellement. L'alternative est plus locale et régionale dans la production alimentaire, dans et autour des villes.
La Havane, Dar Es Salam, Quito , Séoul, Kampala ont produit des quantités importantes de produits alimentaires ou d'aquaculture dans les limites de la ville.
Seattle, Honolulu, Boston, Philadelphie et San Francisco ont maintenu ou construit de solides réseaux alimentaires régionaux.

9
. la planification de la résilience: les villes, les maisons
La résilience c'est faire d'un système ou d'un individu qu'il soit plus fort et plus capable de survivre à l'adversité. Comme les éléments précédents le laissent présager, il n'y aura pas de pénurie de l'adversité au cours de la décennie à venir, du changement climatique à l'instabilité d'approvisionnement énergétique. L'un des grands phénomènes sociaux liés à la résilience a été l'émergence du mouvement des villes en transition, qui a grandi de quelques villages au Royaume-Uni jusqu'à Barcelone, en Espagne, Boulder au Colorado et à Sydney en Australie. Le fondateur de ce phénomène, Rob Hopkins, membre de l'Institut post-carbone, a utilisé son modèle de transition de Totnes au Royaume-Uni pour concevoir des règles d'organisation globale. L'utilité de ses conceptions est de préparer les gens à des risques de pénuries dans l'approvisionnement énergétique et alimentaire mondial causés par le pic du pétrole et les changements climatiques. Contrairement aux mouvements hippies précurseurs des années 1970, ce mouvement peut être situé dans les quartiers urbains autant qu'à la campagne. Ils se concentrent sur des solutions à l'échelle de la communauté en ce qui concerne les transports, la santé, l'économie, les moyens de subsistance des gens et leurs compétences personnelles. Les tactiques des groupes locaux varient largement, allant des événements comme des échanges de vêtements, des festivals d'art à des « unleashings » ou des activités politiques tels que le lancement d'un plan d'action de descente énergétique à long terme (15-20 ans). L'accent est mis sur la compréhension et l'utilisation des ressources communautaires, notamment des connaissances et des compétences, que les gens ont dans leur propre sphère d'influence, au lieu d'attendre des décrets gouvernementaux.

10. irrelevant
Reblog this post [with Zemanta]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...