Zone Euro : Les conséquences économiques du pacte budgétaire

 
Les conséquences économiques du pacte
de Stephan Schulmeister maître de recherches à l'Institut autrichien de recherche économique (WIFO)
28.03.2012
traduction google translate


Le pacte fiscal contient deux règles:
  1. Chaque pays a le droit à un déficit maximum structurel de seulement 0,5% du PIB.
  2. Chaque année, le ratio de la dette par rapport au PIB doit être réduit d'un vingtième de la différence entre le ratio de la dette actuelle et l'objectif de 60%.

La simplicité de ces règles a empêché les dirigeants de tenir pleinement compte des conséquences économiques du pacte fiscal. Cela concerne en particulier l'interaction entre les deux règles qui vont affaiblir la croissance économique. Le cas de l'Espagne sert d'exemple concret.

Selon le critère de déficit, l'Espagne doit réduire son déficit actuel de 8,5% du PIB le plus vite possible. Le récent accord avec la Commission européenne donne un ratio de déficit de 5,4% en 2012 et 3,0% en 2013. Comme l'Espagne est déjà dans une profonde récession avec un chômage extrêmement élevé, les mesures d'austérité supplémentaires feront empirer la situation encore plus.

Supposons qu'une réduction du déficit de 1 point de pourcentage du PIB réduit la production globale du même montant, et que l'inflation stagne ou se transforme en légère déflation. Dans ces conditions, le PIB nominal de l'Espagne pourrait se réduire de près de 5% en 2012 et aussi en 2013.

Si les objectifs budgétaires étaient atteints en dépit de la récession prolongée, l'Espagne n'aurait pas besoin de poursuivre une politique d'austérité selon le critère du déficit. Il en est ainsi parce que l'écart de production se creuse d'au moins 5% du PIB alors que le déficit structurel est inférieur de plus de 2,5% à celui du déficit global.

Mais maintenant, la règle de la dette entre en vigueur, elle ne prend pas en compte les facteurs conjoncturels. En 2012 et 2013, le ratio de la dette au PIB aura augmenté de 70% à environ 90%. Les déficits budgétaires contribuent pour 8,4 points de pourcentage à cette hausse (5,4 plus 3,0), Plus importante encore est la baisse du PIB nominal de 10%. Selon le critère de la dette, l'Espagne doit donc réduire sa dette publique de 1,5 point de PIB chaque année pendant 20 ans.

A cause de l'articulation entre la règle sur le déficit et celle sur la dette de l'État, le pacte fiscal conduit la plupart des pays de l'UE sur le chemin de la Grèce. Des mesures d'austérité rigoureuses réduisent le déficit, mais aussi le PIB, le ratio dette/PIB augmente fortement, ce qui à son tour implique une politique d'austérité permanente.

Il est important de réaliser que les conséquences désastreuses du pacte ne proviennent pas de la règle du déficit mais de la règle des 1/20ème de la dette. L’Italie, par exemple, doit réduire son ratio dette/PIB de 3% du PIB année après année. La politique d'austérité synchronisée de presque tous les les pays de l'UE impose des cercles vicieux qui vont aggraver la crise européenne pour longtemps.


Ces conséquences sont directement liées à la valeur arbitraire de l'objectif du ratio de dette.
En 1992, lorsque les critères de Maastricht ont été introduites, ce fut un objectif raisonnable - compatible avec les taux de croissance en vigueur à l'époque. Mais depuis la croissance économique a ralenti. Selon mes calculs, un ratio de la dette au PIB de 86% serait maintenant plus compatible avec la règle de Maastricht sur le déficit. Pour que l'Italie se conforme à la fois aux règles sur la dette et le déficit, elle devra réduire sa dette publique de 5,4% du PIB chaque année pendant 20 ans. Bonne chance.

La crise européenne a besoin d'une thérapie systémique fondée sur l'idée que le développement des finances publiques [ le gonflement des dettes publics] est la plupart du temps le résultat du dysfonctionnement du système global. Si l'épargne des ménages est utilisée par le secteur des entreprises sous forme de crédits d'investissement, l'équilibre financier du secteur public est en équilibre. Le secteur des entreprises le fera si le taux de rendement sur les investissements réels est nettement plus élevé que le rendement des investissements financiers. Ce fut le cas au cours de l'âge du "capitalisme réel" dans les années 1950 et 1960. Par conséquent, la dette publique a diminué en permanence relativement au PIB. 
 
Depuis les années 1970, les taux de change instables, les prix des matières premières, les taux d'intérêt et les cours boursiers ont freiné l'investissement réel et favorisé les activités financières « alchimiques ». Ces activités ont été non seulement effectuées par les banques et les hedge funds, mais aussi par des entreprises non-financières. Les innovations financières, en particulier les dérivés de toutes sortes, ont facilité le passage de la recherche du profit de la sphère réelle à la sphère financière. En conséquence, les entreprises non-financières sont devenues un secteur excédentaire, comme le secteur financier et les ménages. Sous cette condition, les gouvernements ont souffert de déficits persistants en raison de la montée du chômage et de la baisse des recettes fiscales. 
 
Toute consolidation durable des finances publiques exige donc un changement dans les règles du jeu qui devrait transférer les profits - l'énergie centrale du capitalisme - de la sphère financière vers la sphère réelle de l'économie. Augmenter la politique d'austérité sous les conditions financières et capitalistiques en vigueur ne réduira pas le ratio de la dette publique. Il ne fera que réduire la croissance économique. Les conséquences économiques du pacte fiscal sera donc dépressives.




Retrouvez le billet complet sur http://captainshortman.blogspot.fr/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...