Qu'est ce que la monnaie et pourquoi l'Euro n'est pas notre monnaie

Comme je vous l'avais rapporté, plein d'enthousiasme, fin Février,  la ville de Rimini en Italie à accueilli une conférence d'économistes et de financiers, partisans de la théorie monétaire moderne (MMT) appelée également néochartalisme.

La journaliste Bonnie Faulkner a participé à l'aventure puis a diffusé une série d'émissions relatant le colloque.  Felipe Messina a fait la transcription de l'émission du 7 mars, Google l'a traduite.
Guns and Butter - March 7, 2012 at 1:00pm

Click to listen (or download)

Voici la première allocution de Stéphanie Kelton, professeur à l'université du Missouri lors de cette rencontre. Elle explique la monnaie, l'importance pour un état d'être émetteur souverain et non juste, utilisateur d'une monnaie qui n'est pas la sienne.

«Bonsoir. J'ai chaud au cœur et je me sens inspirée.

Aujourd'hui, le système  ne fonctionne pas pour vous et également, il ne fonctionne pas pour nous en Amérique. Pendant les deux jours qui viennent, nous voulons discuter avec vous des problèmes communs auxquels nous faisons face mais aussi du challenge singulier, unique, que vous rencontrez ici en Italie et dans la zone Euro. C'est fantastique de voir tant de gens venir écouter de la science économique et de l'économie politique pour ces deux jours. Nous espérons qu'à la fin, nous aurons pu vous faire comprendre à vous tous que ce n'est pas votre problème, que ce n'est pas votre faute, qu'il y a des solutions et qu'il y a des façons de s'en sortir. Il y a une alternative à ce quoi vous avez à faire face. Ce n'est pas une alternative difficile. Mais cela va être dur de convaincre les autres de faire les changements qui mèneront à une meilleure vie, de meilleures potentialités pour nous tous dans le futur. Merci énormément de passer du temps avec nous, de lire ce que nous faisons et d'en prendre le temps. Et merci beaucoup à Paolo Barnard d'avoir permis tout cela. Nous sommes si honorés devant cette participation et par votre intérêt à ce que nous faisons. Merci.

Je vais vous présenter les bases de la théorie monétaire moderne en quatre parties. La théorie monétaire moderne est une manière révolutionnaire de penser à la façon dont une économie capitaliste moderne fonctionne. Ce matin, la première partie de la conférence portera sur la monnaie. C'est un élément essentiel à l'argumentaire. Vous devez comprendre la différence entre ce que nous allons appeler une monnaie souveraine et une monnaie non-souveraine. Cet après-midi nous allons nous concentrer sur la fonction de la finance, une autre partie essentielle de la théorie monétaire moderne. C'est la clé pour comprendre comment une économie moderne peut atteindre ce qui a si longtemps été impensable: le plein emploi pour tous avec des prix stables. Demain, nous allons parler de l'économie internationale et de la façon dont l'économie nationale est liée à ce qui se passe dans le reste du monde. Nous remettrons en question la pensée conventionnelle sur les déficits et la dette. Et nous allons nous concentrer spécifiquement sur ​​l'avenir de l'Italie.

[Qu'est ce que la monnaie ?]
Donc, commençons avec la première leçon. Qu'est ce que la monnaie? Tout la monnaie existe comme une reconnaissance de dette. C'est une dette. Quand nous disons, «je vous dois», nous parlons de deux personnes qui sont impliquées dans une relations monétaire. Le« je » est le débiteur. Le« vous » est le créancier. « Je vous dois » [IOU : I Owe You]. Des reconnaissances de dette sont enregistrées dans ce que nous appelons une monnaie de compte. la monnaie de compte en Australie est le dollar australien. La monnaie de compte aux États-Unis, le dollar américain. La monnaie de compte au Japon, le Yen japonais. En Grande-Bretagne, la livre sterling. En Italie, l'euro. Voyez-vous une différence? Vous la verrez d'ici la fin de cet exposé.

[La monnaie de compte]
La monnaie de compte est quelque chose d'abstrait, comme un mètre, un kilogramme, un hectare. Ce n'est pas quelque chose que vous pouvez toucher ou sentir. C'est une représentation, quelque chose que seul un humain peut imaginer. Dans toute nation moderne, la monnaie de compte est choisie par l'État.

[Le pouvoir de l’État]
 La MMT met l'accent sur le pouvoir de l'État quand à la monnaie. Ce n'est pas quelque chose de nouveau. Cela remonte à Aristote. Vous pouvez le trouver chez Adam Smith et dans les travaux de John Maynard Keynes. Je vais vous lire une brève citation de Keynes:
«L'âge du chartalisme, l'âge de la monnaie d’État, a été atteint lorsque l'État a revendiqué le droit de décider quelle chose devait être la monnaie de compte. Aujourd'hui, toute monnaie civilisée est, au-delà d'une possible contestation, une monnaie d’État chartaliste, une monnaie de compte."
[Un gouvernement souverain]
Un gouvernement souverain impose des taxes, des redevances et d'autres obligations qui doivent être payées à l’État. Un gouvernement souverain décide ce qu'il va accepter en paiement à lui-même.
Et un gouvernement souverain choisit comment il fera ses propres paiements aux autres entités.

[Une monnaie souveraine]
Aujourd'hui, dans le monde, la plupart des gouvernements choisissent leur propre et unique monnaie de compte. Et ils émettent leur propre devise. Une nation, une monnaie, est la règle presque partout dans le monde aujourd'hui. Le dollars des États-Unis, les pièces et les billets. pesos mexicains, les pièces et les billets. livre sterling, les pièces et les billets. La plupart des gouvernements exigent aussi que les impôts soient payés dans une monnaie que seul l'État a le pouvoir d'émettre. Ces devises sont des monnaies souveraines.

[Les impôts dirigent la monnaie]
Tant que l'État a le pouvoir de faire respecter ses lois fiscales, les personnes auront besoin de la monnaie du gouvernement. La monnaie aura une valeur. Les gens vont travailler pour vendre des choses – des biens et des services– au gouvernement afin d'obtenir la monnaie du gouvernement. Quel que soit ce que le gouvernement accepte en paiement, ceci devient l'ultime et définitive monnaie de l'économie. C'est le seul moyen de régler une dette.

[La hiérarchie de la monnaie]
Vous devez utiliser l'argent du gouvernement. Dans toute économie nous pouvons imaginer une hiérarchie des monnaies. Mais toute les monnaies [IOU "Je vous dois"] ne sont pas crées égales. La monnaie la plus acceptable se situe au sommet de la pyramide. Ce sont les reconnaissances de dette que tout le monde accepte et que tout le monde doit accepter. Ce sont les reconnaissances de dette qui sont finalement nécessaires pour payer nos dettes. Ce sont les reconnaissances de dette de l’État. Le reste d'entre nous peut s'endetter, émettre des reconnaissances de dette [comme par exemple une obligation d'entreprise], mais notre dette n'est pas aussi bonne que la dette publique. Elle n'est pas acceptable. Elle ne peut pas être utilisé pour payer des choses [A l'inverse des billets qui sont la dette de l’État].


[La hiérarchie aux États-Unis]
Aux États-Unis, la hiérarchie se présente comme ceci: les reconnaissances de dette de l’État —le dollar des États-Unis— se trouvent au sommet de la pyramide C'est une monnaie fiat [fiat expression latine signifiant « ainsi soit-il » ou dite encore monnaie fiduciaire (de confiance)]. L’État américain est l'émetteur monopolistique du dollar américain, la seule entité sur la planète qui peut légalement créer cette monnaie. L’État américain taxe en dollars, il dépense en dollars et il contrôle sa propre monnaie. Pourquoi cela est important? Quels sont les avantages d'émettre votre propre monnaie? Ils sont extraordinaires.

[Les avantages de la souveraineté]
L’État, quand il émet sa propre monnaie et s'endette dans cette monnaie, peut toujours payer sa dette, ne peut jamais faire faillite, ne peut jamais être à court d'argent. Il peut s'offrir tout ce qui est en vente dans cette monnaie. Il n'a pas besoin d'emprunter sa propre monnaie. Et il peut définir son propre taux d'intérêt. Il n'a pas à payer ce que les marchés veulent. Il ne devient pas victime de la spéculation et des vigiles obligataires. Il dispose d'un espace politique supplémentaire. il peut faire des choses pour son économie et pour son peuple alors qu'un gouvernement qui ne dispose pas d'une monnaie souveraine ne peut pas faire.

[Avant 1971, le système de Bretton Woods]
Pensez à ce que la hiérarchie pourrait ressembler sous un régime d'étalon-or. De nombreux États ont fonctionné avec l'or ou l'argent ou les deux pendant certaines périodes de notre histoire mondiale. Sous un régime d'étalon-or, l’État promet de convertir sa monnaie en or. Dans cette situation, ce qui se trouve au sommet de la pyramide ce n'est pas la monnaie de l'État, mais les réserves d'or. Cela signifie que l’État doit être prudent sur la dépense. S'il dépense trop de sa propre monnaie, il peut mettre en péril l'ensemble du système, car il peut ne pas être en mesure de convertir sa monnaie en or comme promis. Vous devez limiter vos dépenses et limiter ce que vous faites comme politiques. Les États fonctionnant avec un étalon-or n'ont pas de monnaie souveraine.
[Système de taux de change fixe]
"De la même façon, un pays qui colle son taux de change à la monnaie d'un autre pays, de la façon dont l'Argentine, la Russie ou d'autres l'ont fait, ne possède pas de monnaie souveraine. Ils doivent faire attention à combien ils dépensent. Ils doivent défendre leurs réserves [de devise]. Si vous promettez de convertir votre monnaie dans la monnaie d'un autre pays, vous pourriez faire faillite. Vous pouvez vous épuiser. Comment pouvez-vous obtenir la monnaie de l'autre pays? Cela exige des excédents commerciaux pour obtenir la devise de l'autre pays. Vous devenez dépendant du reste du monde et de leur bien-être économique pour soutenir votre propre bien-être. La hiérarchie dans un pays qui fonctionne avec un taux de change fixe met la monnaie de quelqu'un d'autre au sommet. Vous perdez également le contrôle de votre taux d'intérêt, quelque chose qui est crucial à contrôler si un pays veut avoir une dette soutenable et du plein emploi.


[L’Euro n'est pas une monnaie souveraine]
L'euro n'est pas dans un système de taux de change fixe, mais ce n'est pas non plus une monnaie souveraine. C'est un cas exceptionnel, une expérience sans précédent, où la monnaie s'est séparée des nations individuelles elles-mêmes. L'euro est effectivement une monnaie étrangère pour vous. Tous les 17 gouvernements qui utilisent l'euro ne sont pas les émetteurs de cette monnaie, mais les utilisateurs de la monnaie. Ils n'ont pas les pouvoirs que possède un émetteur souverain. le Japon, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie, ce sont des émetteurs souverains. L'euro n'est pas un monnaie souveraine. Les gouvernements qui ont adopté l'euro doivent emprunter cette monnaie. ils doivent payer quel que soit ce que les marchés obligataires exigent. Ils peuvent manquer de monnaie. Et ils n'ont pas la latitude politique d'un émetteur souverain.

[La monnaie est essentielle]
Si vous imaginez la hiérarchie pour un membre de la zone euro, comme l'Italie, voyez-vous, la relation entre le gouvernement et la monnaie est différente. L’Italie n'émet pas la monnaie qu'elle utilise. C'est un point essentiel, la monnaie compte, elle est essentielle. Un État souverain doit contrôler la monnaie qui se trouve au sommet de sa pyramide. S'il abandonne le contrôle de la monnaie souveraine, il abandonne aussi le pouvoir de mettre en œuvre une politique raisonnable dans son propre pays. Il remet ce pouvoir aux mains des marchés obligataires qui, en définitive, décident combien peut être dépensé et ce qu'on peut en faire.

Abba Lerner était un économiste contemporain de John Maynard Keynes, il a vu cela très clairement:
«En vertu du pouvoir de créer ou de détruire de la monnaie par décret [Fiat : « ainsi soit-il »] et son pouvoir de prendre la monnaie aux gens grâce aux impôts, [l’État] est en mesure de maintenir le taux des dépenses dans l'économie au niveau requis [pour le plein l'emploi]. »

Le problème avec l'euro, c'est qu'il ne peut pas être créé à volonté. Les États doivent aller chercher les euros de quelqu'un d'autre. Ils ont sacrifié leur capacité à mener une politique économique judicieuse dans tous les pays [...] et les effets sont plus clairs que jamais.

Je vous remercie.»

Retrouvez le billet complet sur http://captainshortman.blogspot.fr/
Enhanced by Zemanta

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...