Revue de web semaine 39

Politique monétaire, politique économique, actualités économiques, démocratie, internet, démographie, Islam.




Et si les banques centrales versaient de l’argent aux ménages, Mark Blyth et Eric Lonergan- Libération 27/08/2014

L'adieu aux croyances de sortie de crise Jean Claude Werrebrouck 
il n'existe pas de solution - dans le cadre du paradigme ordo-libéral que s'est imposée la France- à la résolution de la crise.

La fin prochaine de l'Homo Economicus by Dennis J. Snower - Project Syndicate

Le Dollar, souvenirs d’ancien combattant ou retour vers le passé ? Charles Gave | Institut Des Libertés 21/09/2014

Les entreprises "délivrent", certes... mais un "95/5" lourd de conséquences, Philippe Béchade - Les Econoclastes

La qualité des exportations françaises vers l'Europe surpasse celle de l'Allemagne | Le Reste du Monde
Based on the number of top quality products (right-tail of quality distribution), France leads the quality rankings amongst EU member countries

Quand des activistes occupaient Wall Street, Irène PEREIRA - Nonfiction.fr
Récension de "comme si nous étions déjà libres" D. Graeber
L'anthropologue David Greaber nous livre son analyse du mouvement Occupy Wall Street et offre une réflexion plus large sur la question démocratique.

Pourquoi le mouvement a pris
Qu'est-ce que l'anarchie et la démocratie ?
Qu'est-ce que faire consensus ?
L'auteur propose quatre axes pour essayer de provoquer une révolution du « bon sens » : la remise en cause du productivisme, un travail non-productiviste, la critique de la bureaucratie et la réappropriation de l'idée communiste.

Machiavelli and Oligarchic Democracy By Lorenzo Del Savio and Matteo Mameli | Truthout 20/09/2014
Machiavelli wrote that when we are trying to understand politics and the history of human societies, much can be explained in terms of the eternal conflict between two fundamental desires. One is the desire of the grandi - that is, the super-rich and the super-powerful - to protect their wealth and power, and to accumulate more wealth and power. The other is the desire of ordinary citizens - that is, anyone who is not super-rich or super-powerful - to live in peace and freedom without being subjected to the predatory activities of the grandi.

The following are the most notable mechanisms of oligarchic capture:
  1. Wealth easily translates into lobbying power and, thereby, into the ability to push the lawmaking process in directions that advantage the super-rich.
  2. Winning electoral campaigns has always been expensive and is becoming increasingly so. As a result, the support of super-rich individuals and corporations is becoming increasingly important. This makes it extremely unlikely that someone hostile to the interests of the super-rich can get elected. It also contributes to explaining why regulators (who are appointed by elected politicians) have strong ties to oligarchic groups.
  3. Elected politicians (and regulators) know that, when their term finishes, they can easily become well-paid consultants or advisors for big firms. This generates strong incentives for them to promote legislation and policies that favor the oligarchs.
  4. In the past, kings, princes and republics were often forced to do what was requested of them by the super-rich (often bankers) from whom they had borrowed money to finance their activities, such as building projects, starting wars, etc. Nowadays, the financial markets, and the financial giants that have disproportionate power in such markets, have a similar kind of power through the impact they have on the funding of sovereign debt. (Importantly, the financial giants also control the rating agencies, which issue credit ratings for sovereign borrowers.)
The idea that huge economic inequalities, and thereby true democracy, are compatible with political equality is a myth. It is a myth that, obviously, the super-wealthy and big corporations find useful and convenient.

Comment les riches gouvernent by Dani Rodrik - Project Syndicate
"Dire que les riches ont plus de pouvoir politique que les pauvres, même dans les démocraties où chacun à un droit de vote égal, n’a rien de nouveau. Mais deux politologues, Martin Gilens de l’université de Princeton et Benjamin Page de l’université Northwestern, ont récemment publié des données révélatrices sur la situation aux États-Unis, qui ont une incidence cruciale sur le fonctionnement de la démocratie – aux États-Unis et ailleurs dans le monde. "

Le contrecoup le plus négatif de la guerre au partage et son véritable objectif, Lionel Maurel| :: S.I.Lex :: 8/03/2014
Une étude économique du marché de la musique tend en effet à montrer qu’Internet renforce le phénomène des "popstars" et la concentration de l’attention sur un tout petit nombre d’artistes : 1% seulement d’entre eux capteraient 77% des revenus du secteur.

la longue traîne n’est pas seulement un modèle économique ou une stratégie marketing. C’était l’une des promesses essentielles d’Internet, car la répartition de l’attention sur un plus grande nombre d’oeuvres est un facteur d’enrichissement culturel pour la société et de diversification pour les individus. Une manière de sortir de cette "culture de masse", caractéristique du développement des média au 20ème siècle. Or vous allez voir que cette question doit aussi être reliée à celle de la guerre au partage qui se déploie depuis plus de vingt ans pour dissuader les individus d’échanger des oeuvres entre eux de manière décentralisée. Et le principal objectif de cette répression était même peut-être d’empêcher l’avènement de cette longue traîne culturelle…

Plus Google grossit, plus les petits sites perdent en visibilité relative. Alors ont émergé les grands réseaux sociaux, avec leur volonté d’avaler tout le Web et de nous enfermer dans des échanges statistiquement futiles. Résultat : le marché de la culture n’a cessé de se massifier, bien au-delà de ce que nous avait réservé la TV. Nous sommes devenus statistiquement, je répète volontairement, des consommateurs mimétiques.

La centralisation autour de quelques grands acteurs et plateformes permet d’un côté la surveillance de masse et un niveau de violation de notre intimité sans précédent dans l’histoire. Mais ce retournement d’Internet en "grille-pain fasciste" a un autre prix à payer en termes culturels : la mort de la longue traîne et la focalisation sur une culture de moins en moins riche et variée.

Le design de la répression vise la décentralisation des échanges

la guerre au partage conduite depuis des années a eu une influence notable sur cette tendance à la concentration.

Or l’un des intérêts majeurs du partage des oeuvres d’une manière décentralisée est justement de modifier en profondeur le système de distribution, car il constitue une architecture ouverte surdéterminant le comportement des individus. Comme l’explique Lawrence Lessig avec son "Code Is Law", c’est du côté de l’architecture du code bien plus que dans la loi qu’il faut chercher les facteurs explicatifs des comportements en ligne.

Pourquoi est-il important de pouvoir au moins connaître l’évolution d’un indicateur de valeur du non marchand ? Il s’agit de pouvoir contrer un phénomène qui ne cesse de s’amplifier : la guerre menée au partage non marchand au nom de son impact possible sur l’économie monétaire.

il est très probable que le développement d’une immense sphère non marchande numérique va sérieusement secouer diverses bulles de l’économie monétaire actuelle. Le partage non marchand va limiter la capacité des industries culturelles à concentrer l’attention sur un petit nombre de titres, il va miner la valeur fictive associée aux prix de monopoles que les droits exclusifs rendent possibles pour les éditeurs des titres phare.

la sortie du cadre marchand d’une part énorme des activités des individus va inévitablement se traduire par une guerre plus intense contre le non marchand.

l’objectif véritable de la guerre au partage n’est pas et n’a jamais été au fond la défense du droit d’auteur. Le but réel de la répression a été pour les industries culturelles de tout faire pour éviter que le "code" ne change en profondeur. Quand vous concentrez des moyens considérables pour produire les oeuvres extrêmement coûteuses que sont des blockbusters ou des tubes, vous devez supprimer le risque lié aux aléas de la rencontre avec les goûts du public. Et pour cela il faut garder entre vos mains la capacité à pouvoir "mettre en haut de l’affiche" tel ou tel titre. Si les individus peuvent vous déborder en organisant leur propre circuit horizontal de distribution, c’est le fondement même de votre pouvoir qui est mis en danger.

les individus qui partagent sont aussi ceux qui ont le plus haut niveau de consommation culturelle, ce qui est en soi une externalité positive).

Champion European innovation to challenge Google, Evgeny Morozov | ENOUGH!
Europe has come under the spell of American neoliberalism, with its unashamed celebration of monopolies in the name of consumer welfare and market efficiency. It is time to recover the almost-forgotten language of politics, and treat users as citizens first and consumers second.

By coupling advertising with the pre-emptive possibilities of its serendipity engine, Google could turn citizens into automata, who entertain an illusion of free will while living in a world of options, nudges and suggestions that have all been generated by autonomous algorithms optimised for profit alone.

It is also shortsighted to allow Google to guard the key to a trove of user data that could do immense good if, once suitably cleaned up and anonymised, it were placed in public hands.

Europe should support (and, if needed, create) digital platforms that are decentralised and advertising-free, that provide privacy and security by design, and that treat data as a way to promote public good.

Le combat pour Internet est un combat pour des personnes - Framablog
"L’information ne veut pas être libre par Cory Doctorow"

L’explosion démographique ne s’arrêtera pas au cours de ce siècle par Pierre Barthélémy | Passeur de sciences 21/09/2014

Experts be damned: World population will continue to rise | Science/AAAS | News
The analysis, formulated by U.N. and University of Washington (UW), Seattle, researchers, is the first of its kind to use modern statistical methods rather than expert opinions to estimate future birth rates, one of the determining factors in population forecasts.

The combination of a new method that’s not based on assumption but is based directly on data, and also the new data on Africa, have combined to make quite a big change to the overall population projections.

The new numbers will be used in models created by economists, environmentalists, and governments who use population estimates to predict pollution and global warming levels; prepare for epidemics; determine road, school, and other infrastructure requirements; and forecast worldwide economic trends. All of these plans need to be altered if the population is going to grow an extra few billion.

Djihad 3 | Blog de Yoananda
In cases where the religious affiliation of terrorism casualties could be determined, Muslims suffered between 82 and 97 percent of terrorism-related fatalities over the past five years.

L’Islam n’est pas une orthodoxie comme le catholicisme qui vous dit "ce qu’il faut croire", mais une orthopraxie, qui vous dit "ce qu’il faut faire". Ce sont les fameux 5 piliers de l’Islam.

Pour le reste, il n’y a pas de clergé hiérarchisé, pas d’autorité centrale. Il y a des imams, des "savants", et il y a les muftis qui peuvent émettre les fameuses "fatwa", qui sont une sorte de jurisprudence.

Cependant, il n’y pas "un seul" Islam, c’est un non sens. On ne peut donc pas dire que l’Islam ne soit ni une religion [de guerre?], ni une religion de paix. L’Islam peut tout aussi bien être politique, guerrier, que l’inverse. Le Coran, chacun l’interprète comme il veut dans l’absolu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...