Internet et surveillance, citations de la semaine

Internet et surveillance, les citations de la semaine sélectionnées par Khrys :

« La semaine dernière, le visage de Dong Mingzhu, la présidente d’un important fabricant de climatiseurs en Chine, a été exposé sur un écran géant à Ningbo, une grande ville portuaire de la province du Zhejiang, dans l’est de la Chine, pour lui faire honte publiquement pour avoir enfreint une loi routière. Le Zhejiang est l’une des provinces qui a déployé l’an dernier une technologie de reconnaissance faciale pour humilier les citoyens qui déambulent en mettant leurs photos sur d’immenses écrans LED. Mais les caméras n’ont pas attrapé Mingzhu en train de traverser illégalement – elles ont identifié une photo d’elle sur une publicité de bus »
 (...)
« Ce ne sont là que quelques-uns des moyens ingénieux par lesquels la police de la sûreté de l’Etat – mieux connue sous le nom de Stasi – espionna des individus entre 1950 et 1990, dont beaucoup sont maintenant exposés au musée de la Stasi à Berlin.
À l’heure actuelle, la police allemande – à l’instar de nombreuses forces de l’ordre – souhaite non seulement avoir accès à des données téléphoniques, mais également à des informations recueillies par des assistants numériques tels que Google Home et Amazon Echo.
»
 (...)
« Nous sommes entourés de caméras de surveillance qui nous enregistrent à chaque tournant. Mais la plupart du temps, lorsque ces caméras nous observent, personne ne regarde ce que ces caméras observent ou enregistrent parce que personne ne va payer une armée de gardes de sécurité pour une tâche aussi monotone et qui prendrait autant de temps.
Mais imaginez que toutes ces vidéos soient regardées – que des millions d’agents de sécurité les surveillent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Imaginez cette armée composée de gardes qui n’ont pas besoin d’être payés, qui ne s’ennuient jamais, qui ne dorment jamais, qui ne manquent jamais un détail, et qui se souviennent de tout ce qu’ils ont vu. Une telle armée d’observateurs pourrait scruter chaque personne qu’ils voient, à la recherche de signes d’un comportement « suspect ». Avec un temps et une attention illimités, ils pourraient aussi enregistrer des détails sur toutes les personnes qu’ils voient – leurs vêtements, leurs expressions et leurs émotions, leur langage corporel, les gens avec qui ils sont et comment ils se rapportent à eux, et toutes leurs activités et leurs mouvements.
Ce scénario peut sembler tiré par les cheveux, mais c’est un monde qui pourrait bientôt arriver. Les gardes ne seront pas humains, bien sûr – ce seront des agents de l’IA.
»
(...)
« L’infrastructure de la surveillance de masse est trop complexe et l’oligopole technologique trop puissant pour qu’il soit utile de parler de consentement individuel. Même les experts n’ont pas une vue d’ensemble de l’économie de la surveillance, en partie parce que ses bénéficiaires sont secrets, et en partie parce que tout le système est en mutation. Dire aux gens qu’ils sont propriétaires de leurs données et qu’ils devraient décider quoi en faire n’est qu’un autre moyen de les priver de leur pouvoir.
Notre discours sur la protection de la vie privée doit être élargi pour aborder les questions fondamentales sur le rôle de l’automatisation : Dans quelle mesure le fait de vivre dans un monde saturé de surveillance est-il compatible avec le pluralisme et la démocratie ? Quelles sont les conséquences de l’éducation d’une génération d’enfants dont chaque action alimente une base de données d’entreprise ? Que signifie être manipulé dès le plus jeune âge par des algorithmes d’apprentissage automatique qui apprennent de manière adaptative à façonner notre comportement ?
»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...