Neutralité du Net

Quelque soit la forme et le contenu des données circulant sur Internet,  elles sont traitées à égalité pendant "leurs voyages". C'est un des facteurs qui depuis la création d'Internet a permis de formidables innovations. Il  garantit également la liberté d'expression essence de la démocratie.
Cette neutralité n'existe déjà plus quand vous utilisez un smart phone et les puissances commerciales d'Internet veulent casser ce principe.
La neutralité du Net est débattue au mois de Septembre à l'Assemblée Nationale.

Petit catalogue (propulsé par Diigo) d'articles (avec extraits) pour comprendre les enjeux et l'actualité de la neutralité d'Internet.
Neutralité du réseau - Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Net_neutralit%C3%A9
  • La neutralité du Net ou la neutralité du réseau est un principe fondateur d'Internet qui exclut toute discrimination à l'égard de la source, de la destination ou du contenu de l'information transmise sur le réseau.
    Tim Wu, professeur de droit à l'Université de Columbia à New York, a popularisé le concept de neutralité du Net dans un article paru en 2003 et intitulé Network Neutrality, Broadband Discrimination[1].Alors que les équipements techniques qui forment le réseau Internet rendent désormais possible une gestion discriminatoire du trafic, de vifs débats politiques ont lieu actuellement pour déterminer si ce principe doit être garanti par la législation.
Google et la neutralité du réseau - Les blogs du Diplo
http://blog.mondediplo.net/2010-08-09-Google-et-la-neutralite-du-reseau



  • La neutralité du réseau Internet vient de prendre un nouveau coup dans l’aile. On apprend en effet dans le New York Times du 4 août que Google et Verizon négocient pour que le transporteur Verizon puisse faire passer en priorité les services de Google, moyennant un arrangement financier entre les deux géants (Edward Wyatt, « Google and Verizon Near Deal on Web Pay Tiers », The New York Times, 4 août 2010). Essayons ici de mesurer l’impact d’une telle négociation, les tenants et les aboutissants, et l’éclairage que cela porte sur une évolution en cours de l’Internet : l’arrivée des vidéos web sur la télévision du salon.
  • Le neutralité du réseau découle du principe fondateur de l’Internet selon lequel chaque « paquet d’information », quels qu’en soient la source et le destinataire, est traité de façon égale par les nœuds du réseau, les routeurs. De ce principe découlent à la fois des risques pour l’équilibre global du réseau (les embouteillages de nos routes physiques deviennent la « congestion » de l’Internet) et des garanties pour les acteurs du réseau (lecteurs, serveurs et entreprises se lançant dans la sphère économique du numérique).
  • Le protocole de l’Internet n’est certainement pas le plus rapide de tous les protocoles de télécommunication, mais il est le plus coopératif, le plus ouvert et le plus robuste, le plus extensible. C’est ce qui a permis son succès, et qui aujourd’hui encore est le meilleur gage de son évolution.
  • Le protocole de l’Internet repousse « l’intelligence » (le traitement de l’information) dans les deux bouts de la communication : le serveur et le poste client. Ainsi, si un serveur décide d’inventer une nouvelle forme de codage de l’information (par exemple quand l’entreprise Real Networks a créé le premier protocole de streaming audio en 1995), il ne lui reste plus qu’à diffuser des outils de lecture (les players « RealAudio »), et il peut expérimenter, développer son produit et espérer acquérir une place au soleil dans la nouvelle économie numérique. Il n’a besoin de demander à personne l’autorisation : les réseaux doivent laisser passer ses données encodées, et seul le succès public vient arbitrer entre les divers services équivalents.
  • C’est cette logique de support permanent et ouvert à l’innovation technique et sociale qui a fait de l’Internet ce nouveau système nerveux mondial que nous connaissons. C’est elle aussi qui a permis la mise en place de protocoles dits P2P, de pairs à pairs, pour favoriser la diffusion d’informations volumineuses.
La neutralité expliquée à mon chien.
http://www.mediapart.fr/club/edition/internet-et-si-affinites/article/190810/la-neutralite-expliquee-mon-chien
Les intellectuels américains débattent de la neutralité du net | ReadWriteWeb France
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/13/analyse/les-intellectuels-amricains-ragissent-laffaire-googleverizon-aux-menaces-sur-neutralit-du-net
  • Selon Marvin Ammori, pro­fes­seur de droit à l’université Lincoln du Nebraska ainsi qu’à Stanford : «Le gou­ver­ne­ment doit et peut faire res­pec­ter la neu­tra­lité du net. La concur­rence et le main­tien d’un vrai débat démo­cra­tique au XXIe siècle dépendent de la non dis­cri­mi­na­tion des conte­nus, tout comme l’évolution du web vers le «Web 3.0» ou 4.0 […]
    Discriminer les conte­nus sur inter­net por­tera un coup fatal à l’innovation et à l’évolution du web. Nous ne pou­vons par­ler de nou­velles ver­sion (web 2.0 et 3.0) que parce que celui-ci évolue rapi­de­ment, et ce n’est pas dû au fait que des accords de prio­rité ont été pas­sés avec les four­nis­seurs d’accès, mais aux choix que font les uti­li­sa­teurs quant à ce qui leur convient le mieux sur internet»




  • Pour Lawrence Lessig, égale­ment pro­fes­seur de droit (mais à Harvard), et cofon­da­teur des Creative Commons : «Plus que tout le reste, le suc­cès écono­mique de l’internet est lié à son archi­tec­ture. L’architecture de l’internet, et la concur­rence qu’elle garan­tie, est la seule rai­son en jeu aujourd’hui dans la bataille autour de la neu­tra­lité des réseaux.»

  • Tim Wu, pro­fes­seur de droit à Colombia, spé­cia­lisé dans le copy­right et les com­mu­ni­ca­tion,
  • L’industrie des télé­com­mu­ni­ca­tion et de l’internet est dans la même caté­go­rie que l’énergie, les trans­ports et la finance : ils sont le sys­tème ner­veux du com­merce et de la liberté d’expression d’une nation. […] d’une façon sub­tile, ceux qui trans­portent l’information ont le pou­voir d’influencer des élec­tions et même de cen­su­rer les paroles qui les dérangent. Je ne dis pas que ces entre­prises comptent uti­li­ser leur pou­voir pour faire le mal, mais ils en ont le pou­voir, et nous devons deman­der à ce qu’il soit exercé avec précaution.
    Qu’il s’agisse de Web 3.0 ou 8.0 importe peu. La tech­no­lo­gie peut être cool, mais le contrôle de l’information est une énorme source de pou­voir qui peut être abusif.»

  • Edward Felten est pro­fes­seur d’informatique à Princeton, il voit comme beau­coup dans la net neu­tra­lity l’avenir de l’innovation : «Le secret du suc­cès de l’internet réside dans sa capa­cité à accueillir de nou­veaux ser­vices. Google et Facebook ont été lan­cés par des étudiants, eBay par un type dans son appar­te­ment. Ces inno­va­teurs n’ont pas eu besoin de sup­plier ou d’acheter la per­mis­sion de faire cela à qui­conque […] leurs conte­nus ont reçu le même trai­te­ment que les autres.
  • La pro­chaine géné­ra­tion d’innovateurs, qui sont ceux qui ont le plus besoin de neu­tra­lité des réseaux, n’est pas à la table des négo­cia­tions. Ils sont au tra­vail dans des labo­ra­toires ou des salles de classe, ils ima­ginent la pro­chaine killer app, et ils espèrent que l’internet leur sera aussi ouvert qu’il l’a été pour les fon­da­teurs de Google.»

  • Jonathan Zittrain est pro­fes­seur de droit à Harvard et cofon­da­teur du Berkman Center for Internet and Society,
  • [Payer pour être prio­ri­taire] pour­rait faire émer­ger d’autres pré­oc­cu­pa­tions, bien plus mor­ti­fères si les four­nis­seurs d’accès à inter­net se met­taient à choi­sir leurs inter­lo­cu­teurs – un accord avec Google, un autre avec le New York Times, un troi­sième avec eBay, et rien du tout pour le maga­zine d’une startup.
    Sur un médium où tant de géants sont les petits d’hier – eBay, Google, et même le web lui même – cela serait une plai­san­te­rie que de geler le pro­chain cycle d’innovation de toutes parts en déployant un méandre de contrats et de péages impénétrables.»

  • Gigi B. Sohn est le pré­sident et cofon­da­teur de Public Knowledge, un advo­cacy group
  • «Contrairement aux média de masse comme la télé­vi­sion qui sont ‘top-down’ et ‘com­mand and control’, l’internet vous met aux com­mandes, vous et moi. Pensez à l’entreprise qui vous amène la télé­vi­sion : avez vous votre mot à dire sur ce qui est inclus dans l’abonnement de base et ce qui vient en sup­plé­ment ? Pas vraiment.
    Vous avez ce choix sur inter­net parce que les entre­prises qui en contrôlent l’accès n’ont pas pu choi­sir elles-même les gagnants et les perdants.
    Si vous regar­dez les conte­nus les plus popu­laires aujourd’hui – Twitter, Facebook, Youtube, Wikipedia – ces ser­vices ont été en mesure de trou­ver leur public et de croitre parce que leurs créa­teurs n’ont pas eu besoin d’en deman­der la per­mis­sion à qui­conque ou de payer un four­nis­seur d’accès à inter­net ou un cablo opé­ra­teur pour uti­li­ser leurs tuyaux.»

  • Brad Burnham est asso­cié dans le fond Union Square Venture, et s’est joint à Fred Wilson pour prendre la parole sur la neu­tra­lité du net. Tous deux voient dans sa fin une menace pour les star­tups : «Google, Twitter et Foursquare ne sont que quelques une des mil­liers de star­tups qui ont réussi sur inter­net, pré­ci­sé­ment parce qu’il n’y a pas de gar­dien du temple et pas de péage. L’architecture de ce mar­ché est la résul­tante de l’architecture de base d’internet.

Al Franken : “la neutralité du net est l’équivalent contemporain du droit à la liberté d’expression” | ReadWriteWeb France
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/23/a-la-une/al-franken-neutralite-du-net-droit-liberte-expression/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+readwriteweb-france+%28ReadWriteWeb+France%29



  • Je pense que la neu­tra­lité du net est l’équivalent contem­po­rain du droit à la liberté d’expression, à moins que ce ne soit la liberté de culte, mais je pen­sais encore il y a peu de temps que cet enjeux était réglé.


  • Aujourd’hui, on peut accé­der à un blog aussi rapi­de­ment qu’au Wall Street Journal, et s’il est bon, il peut rece­voir autant de tra­fic qu’un groupe de presse. Mais si de grosses entre­prises peuvent payer pour un accès plus rapide et prio­ri­taire à l’internet, le blog n’a plus aucune chance, et les grosses entre­prises savent que quand elle paient pour l’accès, elle gagnent.


  • Elles veulent un trai­te­ment pri­vi­lé­gié sur inter­net , à l’image du trai­te­ment pri­vi­lé­gié qu’elle reçoivent ailleurs.



  • Comme beau­coup d’entre vous en ont entendu par­ler, il y a quelques semaines, Google et Verizon ont annoncé avoir déve­loppé une base légis­la­tive des­ti­née à pro­té­ger la neu­tra­lité du net. Ils ont écrit ce cadre afin qu’il ne s’applique pas au mobile. L’internet serait alors neutre à la mai­son, mais pas sur un réseau sans fil ou sur votre téléphone.



  • Google et Verizon ont égale­ment rédigé leur pro­po­si­tion de façon à per­mettre aux four­nis­seurs d’accès de com­mer­cia­li­ser un inter­net à deux vitesses, y com­pris sur l’internet qui n’est pas mobile, ils ont laissé la porte grande ouverte pour ce qu’ils appellent des «ser­vices gérés», et veulent que le régu­la­teur n’ai pas son mot à dire à ce sujet. Tout four­nis­seur d’accès pour­rait déci­der d’ouvrir un voie express pour inter­net réser­vée à cer­tains conte­nus et cer­taines appli­ca­tions, et si l’autorité de régu­la­tion y trou­vaient quelque chose à dire, la seule marge de manœuvre accor­dée par Google et Verizon est de lui auto­ri­ser à publier un rapport.



  • Mais il existe un enjeu bien plus sérieux.

    Si le gou­ver­ne­ment n’agit pas, les entre­prise le feront. Et contrai­re­ment aux agences gou­ver­ne­men­tales qui ont une res­pon­sa­bi­lité légale quant à la pro­tec­tion des consom­ma­teurs, la seule chose qui importe aux entre­prises, la seule chose à laquelle elles sont léga­le­ment tenues, c’est leur bilan comp­table. C’est leur rai­son d’être.



  • Nous ne pou­vons lais­ser les entre­prises écrire les règles qu’elles sont cen­sées suivre.

    Si nous lais­sons cela se faire, ces règles seront écrites unique­ment pour pro­té­ger les entre­prises. Mais pro­té­ger et faire de l’internet un espace ouvert ne concerne pas seule­ment la mise en place d’une légis­la­tion assu­rant la neu­tra­lité du net, c’est aussi s’assurer que l’internet ne devienne pas la pro­priété d’une poi­gnée d’entreprises.



  • C’est pourquoi je pense qu’empêcher la concen­tra­tion des média est l’un des grands cha­pitres de la lutte pour un inter­net libre et ouvert, et c’est pourquoi je suis opposé à la fusion entre NBC, Comcast et Universal.

    Parce que quand la même entre­prise contrôle les conte­nus et les tuyaux qui nous amène les conte­nus, nous avons un problème.

    Si cette fusion est auto­ri­sée, nous avons un problème.



  • Mais le pro­blème ne se limite pas au droit à la concur­rence, il s’étend à la liberté d’expression. Comme l’a dit Hugo Black, la liberté de publier est garan­tie par la consti­tu­tion, mais la liberté de se réunir pour empê­cher d’autres de le faire ne l’est pas.



  • Si Comcast est auto­risé à fusion­ner avec NBC, il ne fau­dra pas long­temps avant que Verizon ou AT&T annoncent qu’il leur fau­drait rache­ter Disney, ABC ou CBS-Viacom.

    Et vous vous retrou­ve­rez avec une poi­gnée d’entreprises contrô­lant une vaste part des pro­grammes et des ser­vices d’accès à inter­net, et elles auront leurs main sur toute l’information à laquelle nous aurons accès. C’est très dan­ge­reux. Toutes ces entre­prises auront inté­rêt à ne pas trop se concur­ren­cer, et cela aussi est extrê­me­ment dangereux.
Il y a internet et internet… pour les pauvres | ReadWriteWeb France
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/23/a-la-une/internet-internet-les-pauvres/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+readwriteweb-france+%28ReadWriteWeb+France%29



  • Les popu­la­tions les plus défa­vo­ri­sées sont, bien plus que les classes aisées, par­ti­cu­liè­re­ment por­tées sur l’utilisation de l’internet mobile, voir y accèdent exclu­si­ve­ment par ce biais.
    Une source proche du gou­ver­ne­ment nous confirme que la situa­tion est simi­laire en France,



  • La neu­tra­lité du net consiste, entre autre, à lais­ser à l’internaute le libre choix des conte­nus auquel il sou­haite accé­der, sans que les four­nis­seurs d’accès à inter­net n’en pri­vi­lé­gient cer­tains de quelque façon par rap­port à d’autres, de quelque façon que ce soit.



  • Sur le mobile, cette neu­tra­lité du net semble dors et déjà condamnée.



  • Si le mobile devient à terme l’outil d’accès au savoir pri­vi­lé­gié des popu­la­tions pauvres, voir les connais­sances et les infor­ma­tions qui y seront acces­sibles choi­sies et sélec­tion­nées par des entre­prises pri­vées ne représente-t-il pas une menace grave pour le concept d’égalité ?
Il y a internet et internet : Orange dévoile sa stratégie  | ReadWriteWeb France
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/25/a-la-une/internet-internet-orange-dvoile-sa-stratgie/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+readwriteweb-france+%28ReadWriteWeb+France%29
Orange donne un aperçu de l’internet sans neutralité du net  | ReadWriteWeb France
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/26/a-la-une/orange-donne-aperu-de-linternet-sans-neutralit-du-net/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+readwriteweb-france+%28ReadWriteWeb+France%29



  • Il aura fallu moins d’un mois après la prise de contrôle de Deezer par Orange pour que ce der­nier ver­rouille le mar­ché de la musique en Stream français. Pour cela, il lui a suf­fit d’enfreindre la neu­tra­lité du net.


  • Les for­faits mobiles de Orange, comme tous les for­faits mobiles dis­po­nibles en France, ne pro­posent pas inter­net en illi­mité. En pra­tique, au delà d’une cer­taine quan­tité de don­nées télé­char­gées, vous n’aurez accès au web que sous une forme très dégra­dée. Inutile d’esperer pou­voir écou­ter de la musique en Stream avec un mobile… Sauf avec Deezer, qui suite à son inté­gra­tion à Orange, se voit attri­buer des condi­tions spécifiques.
    Deezer sera donc ‘hors for­fait’, et réel­le­ment illi­mité, sur les for­mules pre­mium com­mer­cia­li­sées dès la ren­trée par Orange.



  • Conséquences

    Il est désor­mais impos­sible pour la moindre star­tup de s’aventurer sur le ter­rain de la musique en Stream. Avec un tel avan­tage, Orange crée une bar­rière à l’entrée qu’aucune star­tup ne pourra fran­chir. Qui pour­rait être en mesure de pro­po­ser ainsi de pas­ser outre les limi­ta­tions impo­sées par les opé­ra­teurs inter­net sur leurs propres réseaux ?


  • Le mar­ché de la musique est désor­mais exclu­si­ve­ment dans les mains des FAI… et d’Apple.


  • Voilà, c’est fait. La neu­tra­lité du net, qui n’a jamais vrai­ment été appliquée sur le mobile, pro­duit ses pre­miers effets. Quelque soit les résul­tats d’une éven­tuelle négo­cia­tion abou­tis­sant sur une ges­tion col­lec­tive des droits, pro­mise par NKM, le mar­ché de la musique est désor­mais ver­rouillé par les four­nis­seurs d’accès internet.

    Il ne reste que l’offre ‘pirate’ pour mettre en avant des inno­va­tions, car une chose est sûre, c’en est fini de toute forme d’innovation – autre que mar­ke­ting – du coté de l’offre légale.



  • Peut-on dès à pré­sent consi­dé­rer que les dis­cus­sions à venir en sep­tembre au par­le­ment au sujet de la neu­tra­lité du net ne sont qu’une mascarade ?


  • Une société comme Orange aurait-elle pris le risque d’entamer depuis près d’un an une vaste cam­pagne de publi­cité (il y a inter­net et inter­net par Orange) sans s’assurer aupa­ra­vant d’une issue favo­rable à son égard de la future loi ?

    L’annonce d’un for­fait vio­lant ouver­te­ment la neu­tra­lité du net et ver­rouillant de facto l’innovation d’un sec­teur tout entier est soit un affront fait à la repré­sen­ta­tion natio­nale, lui signi­fiant de façon mépri­sante son impuis­sance face à la puis­sance de ses lob­bies, soit le signe que tout est déjà écrit, et que les dépu­tés qui seront en charge de la loi n’ont, au final, pas leur mot à dire.


  • Si une telle insulte faite par une entre­prise pri­vée à la repré­sen­ta­tion natio­nale passe sans encombres, il y a fort à parier que le monde que les opé­ra­teurs nous pré­parent demain sera lui aussi tota­le­ment verrouillé.



  • Dailymotion, une autre star­tup sur laquelle pèse un fort soupçon de main­mise de l’Etat, devrait logique­ment subir le même sort, ou plu­tôt béné­fi­cier des mêmes privilèges.



  • Des for­faits mobiles pas vrai­ment illi­mi­tés ‘sauf pour Dailymotion’ devraient suivre, lais­sant YouTube, Vimeo, et une mul­ti­tudes d’autres acteurs ainsi que l’ensemble des WebTV sur une voie de garage.



  • Suivra, dans un futur plus éloi­gné, l’internet des objets, dont une large par­tie devrait voir leur accès à inter­net se faire au moyen de l’internet mobile. Lui aussi sera ver­rouillé, et là encore, inutile d’espérer voir poindre la moindre inno­va­tion dans un ter­ri­toire sous le contrôle des four­nis­seurs d’accès.

    Ce sont deux champs d’innovations majeures que l’on s’apprête à ainsi sacri­fier, car pour ce qui est d’être en mesure de faire de l’innovation, les four­nis­seurs d’accès ont depuis long­temps fait preuve de leur inca­pa­cité à faire quoi que ce soit. Orange a ainsi lancé des alter­na­tives à Flickr et Netvibes dont per­sonne n’a retenu ne serait-ce que le nom.



  • Mais ce ver­rouillage de l’innovation et de l’information sur le mobile n’est qu’une étape. La seconde, dont le sort devrait égale­ment être réglé à par­tir de sep­tembre à l’assemblée, est la pré­ser­va­tion (ou pas) de la neu­tra­lité du net sur l’internet classique.

    Si la neu­tra­lité du net venait à y dis­pa­raître, nous aurions en peu de temps un scé­na­rio simi­laire avec les abon­ne­ments ADSL et cable.

    Augmentation ful­gu­rante des for­faits réel­le­ment illi­mi­tés, et appa­ri­tion en lieu et place de for­faits limi­tés en terme de quan­tité de don­nées télé­char­geable, dis­po­sant d’une mul­ti­tude d’exceptions ‘hors for­fait’. Deezer, Dailymotion, dans un pre­mier temps, puis tôt ou tard, un grou­pe­ment de source d’information ‘agréées’.



  • A terme, un contrôle quasi absolu sur l’internet et l’information.
Le rapport gouvernemental sur le Neutralité du Net : une honte | ReadWriteWeb France
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/13/a-la-une/rapport-gouvernemental-sur-neutralit-du-net-une-honte
Proposition de loi Socialiste sur la neutralité du net : premières analyses | ReadWriteWeb France
http://fr.readwriteweb.com/2010/08/17/analyse/proposition-de-loi-socialiste-sur-neutralit-du-net-premires-analyses/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+readwriteweb-france+%28ReadWriteWeb+France%29



  • Sans neu­tra­lité du net, plus de pos­si­bi­lité pour de petits acteurs d’émerger, plus d’innovation, celle-ci deve­nant l’apanage des gros acteurs en place, dont la volonté, comme le sou­ligne Christian Paul, est de trans­for­mer le net en « immense gal­le­rie mar­chande » (ou gigan­tesque machine de propagande).
 Pour approfondir suivez La Quadrature du Net

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...