La nature de la monnaie selon les institutionnalistes

André Orléan présente la vision institutionnaliste de la monnaie considérée comme un système de relations sociales qui structure et organise la société.

Le rapport entre monnaie et valeur

L’approche institutionnaliste identifie monnaie et valeur. La monnaie n’est pas neutre, elle est ce par quoi la valeur économique accède au monde et se fait connaitre. Le désir pour la monnaie est le principe même du fondement de l’économie marchande. La valeur « des choses » existe et s’impose aux membres d’une société par le biais de la monnaie.

Au contraire, pour les économistes orthodoxes la valeur est indépendante de la monnaie et lui est antérieure. Pour les économistes classiques, la valeur vient du travail et pour les néoclassiques elle vient de l’utilité des biens. Ici c’est une certaine substance sociale, le travail ou l’utilité, qui confère de la valeur aux biens.

Pour les institutionnalistes, la monnaie est une force d’enrôlement des acteurs et des biens de par l’attraction qu’elle exerce. Ce n’est pas un moyen au service des autres valeurs (travail, utilité). Le désir de monnaie est d’une nature propre, on la désire pour elle même.

Quelle et donc cette nature spécifique, propre à la monnaie ?

La monnaie est liquide et joue le rôle de lien social.

La nature spécifique de la monnaie trouve son fondement dans l’organisation de la société basée sur la division du travail. Un producteur pour survivre doit accéder aux biens produits par les autres. Cela suppose de posséder un bien qui sera accepté par le plus grand nombre. Cette propriété — le fait d’être accepté par le plus grand nombre — est la liquidité.

Or, dans nos sociétés très diversifiées, il n’existe pas un bien unanimement désiré, liquide par nature. C’est alors que se fait jour une logique sociale d’adhésion de chacun à une certaine définition de la liquidité parce que les autres la font leur, une logique mimétique qui donne naissance à la monnaie.

L’émergence de la monnaie est le résultat d’un processus d’auto-organisation par lequel les producteurs, originellement séparés par la division du travail, donnent naissance à un corps collectif, la communauté marchande, en se dotant d’une définition unanimement reconnue de la liquidité et de la valeur : une certaine monnaie.

Le rapport entre monnaie, valeur et politique

Ici, Orlean rapproche cette émergence de la monnaie avec la genèse des États : un ensemble d’individus au départ isolés construisent par association un corps collectif.

Tous les individus sont focalisés sur ce désir de la liquidité, tel est le pouvoir de l’argent. Ce désir est commun, puissant, cet investissement passionnel de tous peut aussi être vu comme un lien de confiance.

Le bien-être des acteurs, la quête d’utilité, n’est pas la finalité primordiale et première de l’activité marchande. Ici c’est la monnaie elle même qui met en action les producteurs, l’économie marchande devient alors une accumulation pour l’accumulation.

Certes, l’organisation pour perdurer doit satisfaire les besoins des êtres humains, mais c’est l’enrichissement monétaire qui meut la société. Le consumérisme,loin d’être la satisfaction de besoins réels, est plutôt le résultat d’un processus historique de formatage des esprits et des corps afin d’accroitre les ventes et les profits monétaires souvent éloigné d’un véritable mieux-être.

Conclusion

La monnaie est un lien social fondé sur une adhésion collective d’une même définition de la valeur qui donne naissance à un groupe unifié.

La valeur de la monnaie, sa puissance provient du fait qu’elle est le résultat d’une confiance collective, d’une représentation collective et c’est ce qui entraine son pouvoir d’attraction.

La monnaie est d’une nature proto-politique. Si l’on considère que la politique est la manière de gérer le pouvoir au sein d’un groupe alors la monnaie concentre ce pouvoir. La politique monétaire, c’est-à-dire la gestion, la captation et la transformation de la monnaie, le montre bien.

Il y a crise quand les acteurs n’arrivent pas à se mettre d’accord sur une définition commune de la valeur, lorsque l’unité construite autour d’une certaine représentation de la valeur de la monnaie se brise parce que différents intérêts s’opposent quant à la définition de cette valeur.


Quand la monnaie fait société — conférence aux Journées de l’économie. intervention d’André Orléan : « la nature de la monnaie » (9 min 25 s — 19 min 45 s). 9 nov. 2016

Aller plus loin

Orléan, A. Article « Monnaie ». Dictionnaire des sciences humaines. 1 octobre 2007
Orléan, A. L’approche institutionnaliste de la monnaie : une introduction. 3 avril 2007

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...