Trois cents ans de dépendance aux énergies fossiles en 5 minutes

Les ultimes montagnes russes : une histoire abrégée des combustibles fossiles par Richard Heinberg.
Un résumé des révolutions industrielles.




[transcription et traduction à améliorer]
Tout a commencé avec le big-bang. Euh nous n'avons pas besoin de remonter aussi loin. Donc, tout a commencé quand la terre s'est formée il y a 4,5 milliard d'années, encore trop loin...
Essayons ça : c'est le Moyen-âge, en Angleterre les gens manquent de bois de chauffage, ils commencent à utiliser le charbon et ramassent celui qui est au sol. Des mineurs creusent profondément mais les mines de charbon se remplissent d'eau. Samuel Newcomen invente alors une machine à vapeur pour pomper l'eau afin que les mineurs puissent continuer à creuser. James Watt la rend utilisable pour d'autres fonctions. Maintenant, nous avons les ingrédients pour la révolution industrielle : les combustibles fossiles et l'outil pour les utiliser, la boîte de Pandore est ouverte !
Les mineurs trainent le charbon dans des sacs, le rail rend cela plus facile. La machine à vapeur combinée au rail devient les chemins de fer. Michael Faraday fabrique le premier moteur électrique, Nicholas Tesla invente le courant alternatif. Bientôt des entreprises brûlent du charbon pour générer de l'électricité. En même temps Edwin Drake fore le premier puits de pétrole en Pennsylvanie puis Karl Daimler fabrique une automobile fonctionnant à l'essence. Le pétrole est transformé en produits chimiques industriels et en médicaments qui rallongent l'espérance de vie, la population augmente. Les frères Wright lance l'aviation. Machin et machin [désolé pas compris, pas trouvé] fabriquent des engrais avec les combustibles fossiles. Les fertilisants et les tracteurs fonctionnant au pétrole font croître la production de nourriture et cela permet donc d'alimenter plus de personnes. La guerre mondiale 14-18 est le premier conflit utilisant le pétrole et puis vient ensuite la seconde guerre mondiale nous donnant les missiles téléguidés et la bombe nucléaire.
Entre les deux, la grande dépression est en partie causée par une surproduction. Les usines d'assemblage fabriquent les produits plus vite que les gens en ont besoin. Les dirigeants publicitaires inventent la société de consommation pour absorber la surproduction. Ce sont les années 50. Les publicitaires utilisent la télé pour convertir de nouvelles générations de consommateurs. Dans les années 70, il y a un choc pétrolier, tout le monde est frappé de réaliser combien nous sommes dépendants au pétrole. Avec cette crise de l'énergie nait le mouvement pour l'environnement mais les prix du pétrole retombent et nous oublions les pénuries d'énergie.
Il y a ensuite un combat entre l'économie de marché et l'économie planifiée. Les forces du marché gagnent, adieu l'empire du mal soviétique. Les politiciens décident que le marché résoudra tout. Les ordinateurs personnels arrivent. La globalisation décolle quand le marché se rend compte que le travail est moins cher en Chine. D'un seul coup tout le monde a un téléphone portable mais la production de pétrole stagne. La Chine brûle maintenant la moitié de la production mondiale de charbon pour fabriquer des produits d'exportation.
Ou allons nous trouver plus de charbon et plus de pétrole pour alimenter plus de croissance ? Les problèmes environnementaux se retrouvent partout : le niveau de CO2 dans l'atmosphère augmente et amène des vagues de chaleur records, des inondations, des sécheresses. Les océans s'acidifient, les terres arables diminuent au rythme de 25 milliards de tonnes par an à cause de l'agriculture industrielle.Les forêts primaires disparaissent. L'extinction des espèces se produit à une vitesse mille fois plus importante que le taux habituel. L'eau potable,  rare, est polluée. Les compagnies pétrolières forent des kilomètres sous la mer car l'extraction facile est terminée mais l'explosion de la plateforme pétrolière de BP inonde de pétrole le golfe du Mexique. Les usines se déplacent pour polluer les pays où le travail est bon marché. Les États-Unis sont devenus un casino, la finance  représente 40% de l'économie mais Wall-Streeet a trop d'effet de levier, ils créent les source du chômage [mal traduit], le crédit se tarit, l'économie est au bord de l'effondrement.
Ok le présent maintenant : c'est dingue de voir où nous sommes rendus en moins de deux cent ans juste le temps de trois générations depuis le début de l'industrialisation jusqu'à maintenant. Où allons nous ? Nous ne pouvons pas continuer à doubler la population mondiale, nous ne pouvons pas continuer à émettre du carbone dans l'atmosphère, à détruire les terres fertiles, à augmenter la population et la consommation. Nous avons basé notre économie sur des combustibles qui s'épuisent nous ne pouvons pas juste imprimer de la monnaie pour résoudre la crise de la dette. C'est une course inexorable mais il y a des limites.

Ce n'est pas la fin du monde, nous avons quatre choses à faire très rapidement :
  1. apprendre à vivre sans les combustibles fossiles
  2. stopper la croissance économique telle que nous la connaissons et qui est basée sur la dette
  3. soutenir 7 milliards d'être humains et stabiliser la population à un niveau soutenable
  4. gérer notre héritage de destruction de l'environnement.

Pour résumé nous devons vivre dans les limites de la nature et de ses ressources renouvelables à la vitesse de la reconstitution de la nature.
Pouvons nous le faire ? Nous n'avons pas le choix, les sources d'énergies alternatives sont importantes mais aucune ne peut remplacer complétement les combustibles fossiles dans le temps imparti. Nous avons aussi conçu et construit notre infrastructure pour le transport, l'électricité et l'agriculture en fonction du pétrole du charbon et du gaz naturel. Passer à des sources d'énergies différentes nous demandent de revoir le processus selon lequel nous construisons nos villes, notre industrie, selon lequel nous conçevons la santé et bien plus. Nous devons aussi redéfinir nos valeurs culturelles : aucun de nos problèmes globaux ne peuvent être résolu dans l'autarcie et beaucoup ne peuvent pas être résolus complétement. Nous devons nous préparer pour des fonctionnements inhabituels; notre meilleure but est la résilience c'est à dire la capacité à absorber les chocs et à continuer. Si nous ne faisons rien nous aurons toujours un futur sans carbone mais il sera morose. Cependant si nous préparons la transition,  nous pouvons avoir un monde avec de robustes communautés de gens créatifs et en bonne santé, et des écosystèmes avec des millions d'autres espèces. D'une façon ou d'un autre cela va se dérouler le temps d'une génération, comprenez les enjeux et attelez vous à la tâche, tout le monde doit s'y mettre.

Télécharger gratuitement la partie du livre qui vous intéresse (en anglais)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...