Inside Job, le doc du week-end

Oscar 2011 du film documentaire, Inside Job décortique les mécanismes et les collusions qui ont conduit à la crise de 2008.


Rappel des faits :
1. Les salariés sont pressurisés par la mondialisation et l'inégalité croissante dans le partage des revenus et des richesses : salaires stagnants ou en baisse, chômage.
2. Conservation de leur niveau de vie par le crédit "sponsorisé" par l'état, les banques et les sociétés de crédit; apports personnels proche de zéro, taux variables, dossier de crédit frauduleux (les préteurs maquillent les dossiers ou au mieux ferment les yeux). Les institutions et leur représentants promettent que les arbres montent au ciel c'est à dire que les prix  de l'immobilier augmenteront toujours, ceci assurant la confiance des clients quant à leurs capacités de remboursement.
3. Les sociétés émettrices des crédits revendent ceux-ci à d'autres institutions (elles se déchargent du risque), ces dernières  mélangent "la viande avariée" à une autre de bonne qualité (des crédits plus sûrs) qu'elles revendent au prix fort aux investisseurs du monde entier.
4. Les agences de notation apposent leur tampon "viande extra fraîche" sur tous ces titres.
Tout cela est permis parce qu'il n'y a pas de lois contraignantes,
parce que les banques font du lobbying au près des politiques,
parce que les politiques et les régulateurs deviennent banquiers,
parce que les banquiers deviennent politiques et fonctionnaires,
parce que les universitaires économistes font la promotion de ce fonctionnement à coup de rapports et de discours payés par les institutions financières elles-mêmes.

5. La banque centrale relève ses taux pour refroidir l'activité économique qui s'emballe.
6. Par transmission tous les taux d'intérêt remontent (en même temps le prix des carburants augmente aussi fortement).
7. Les plus fragiles des emprunteurs s'étranglent à la réception de leur facture mensuelle (crédits à taux variable), la ronde des impayés et des saisies débute alors.
8. Entre temps les banques prennent des assurances sur ces produits financiers sans forcément les détenir. Elles parient donc contre leur clients (des investisseurs du monde entier) à qui elles ont vendu ces sandwichs de la "meilleure qualité".


 Charles H Ferguson dit avoir conçu ce film «  avec l'espoir qu'en moins de deux heures, il permette à tout le monde de comprendre la nature fondamentale et les causes de ce problème »

Fergusson chez Charlie Rose :
"Attendez vous à ce qu'il y ait des poursuites pour délits criminels depuis ce que nous avons appris maintenant?" La réponse: «Qu'il y en aura ou non, est fonction de la pression politique, car il est malheureusement catastrophique, tragiquement clair que l'administration Obama n'a aucun intérêt à faire quelque chose à ce sujet." La raison, selon Ferguson de l'absence d'action de la part d'Obama est la suivante: « il y en a plusieurs: il n'aime pas les conflits, cela tient aussi à un froid calcul politique, à un manque d'expérience et donc il n'est pas à l'aise dans les sujets macro économiques et financiers, il est donc prisonnier de ses conseillers.
Quant à ce qui serait nécessaire pour réparer le système, trois points: "(i) changer le rôle de l'argent dans les élections, (ii) bien payer les régulateurs ainsi, et (iii) l'application des lois. "
Fergusson à la remise des oscars :
"Pardonnez moi je dois commencer par faire remarquer que trois ans après cette horrible crise financière causé par une fraude massive  aucun dirigeant financier n'est allé en prison et ce n'est pas normal."

[Aux USA, lors de la crise des caisses d'épargnes pendant les années 80, crise 70 fois plus petite que celle des subprimes en terme de volume monétaires, 10 000 enquêtes furent ouvertes et environ 1 000 condamnations effectives (amende et emprisonnement) .]

En coulisse :
"Rien n'a été fait et la raison principale est que l'industrie financière et si puissante en terme politique qu'elle est capable d'inhiber le processus normal de la justice et l'application de la loi"





Source alternative de moins bonne qualité pour finir le visionnage si vous n'êtes pas abonné à megaupload.

Retrouvez le billet complet sur http://captainshortman.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...