Fuites de la demande: tout les économistes le savent, aucun n’en parle !

traduction libre et non autorisée de Demand Leakages: The 800lb Economist in the Room de Warren Mosler.
Je ne peux pas dire que j’ ai vu quelqu’un dans les débats sur le déficit [public] parler des fuites de la demande. Aucune mention dans la presse grand public, les médias d’information financières ou l'un des milliers de rapports économiques? C'est comme discuter de la bonne puissance du moteur pour un camion ou un avion sans considérer le poids du véhicule.

Les fuites de la demande sont des revenus non dépensés. Pour une monnaie nationale donnée, si un agent ne dépense pas son revenu, un autre agent doit dépenser plus que son revenu, ou un montant équivalent de la production ne sera pas vendu. Donc, si les secteurs non gouvernementaux [le secteur privé et l’étranger] ne dépensent pas tout leur revenu, il revient au gouvernement de s'assurer que son revenu est inférieur à ses dépenses, ou bien alors autant de production ne sera pas vendu [1]. Cela se traduit par ce qui est communément appelé l’«écart de production»[2], qui est en grande partie une manière aseptisée de parler du chômage.


Et avec le secteur privé nécessairement pro-cyclique[3], l’(énorme) manque de dépenses du secteur privé au sein de l’économie ne peut être comblé qu’avec le gouvernement, par l'intermédiaire  d'une (énorme) réduction d'impôt et / ou d’une augmentation des dépenses (en fonction de ses propres politiques).

Alors d’où viennent les “fuites de la demande" ? La part du lion est due à des avantages fiscaux en faveur de l’épargne comprenant  les cotisations de retraite, les comptes d’épargne-retraite et toutes sortes d’épargne d’entreprise. Ensuite, il y a les réserves étrangères accumulées pour soutenir leurs exportations[5]. Et tout cela devrait être de bonnes choses - tout ce revenu net non dépensé signifie que pour un gouvernement de taille donnée, et une croissance du crédit privé donnée, nos impôts peuvent être beaucoup plus faibles. Personnellement, je préfère avoir une réduction d'impôt qu’une politique visant à obtenir que d’autres personnes dépensent tout leur revenu ou empruntent davantage. Mais c'est juste moi ...

Et puis il y a aussi l’alarmisme sur les dettes gouvernementales américaines non financées autour de 200 000 milliards, sans évoquer aucunement la valeur actualisée de l'ensemble des fuites de la demande - tous ces revenus futurs dont nous venons de parler qui ne seront pas dépensés car il sont épargnés dans les régimes de retraite, l’épargne des entreprises et par les banques centrales étrangères.

Si l'histoire peut nous guider, les fuites de la demande vont probablement continuer à dépasser les soit disantes «dépenses effrénées de notre gouvernement irresponsable", tout comme ils l'ont toujours fait dans le passé, comme en témoignent les écarts de production et le chômage excessif presque continus.

Pire encore, tous les économistes orthodoxes ont appris ce que ce sont les fuites de la demande qui créent le besoin de déficit public, mais en aucune manière ils ne les mentionnent, même avec désinvolture.

Pour finir, ils ne soulèvent aucune objection à l'idée fausse et populaire (un autre mythe pour une autre discussion) que nous avons besoin de plus d'épargne pour disposer de fonds pour l'investissement, soutenant ainsi tacitement des niveaux plus élevés de fuite de la demande, et par conséquent, appelant à la nécessité de niveaux plus élevés de déficit budgétaire, qu'ils jugent pourtant être une “mauvaise chose”.

[1] là on parle de  produit intérieur brut : la valeur de la production d’un pays sur l’année (la somme des valeurs ajoutées exactement). Par définition le PIB est aussi égal à la somme des dépenses et  à la somme des revenus ( PIB).
[2] écart entre le PIB actuel et ce qu’il serait si les capacités de production (le capital et la force de travail c'est-à-dire la population active) étaient utilisées à 100%.
[3] le secteur privé donne le rythme de la croissance économique

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...