Etat d'urgence et libertés civiles [revue de web]

« De plus en plus de militaires évoquent un passage à l’état de siège en cas de nouveaux actes terroristes ». Olivier Petitjean. Basta ! 16 mai 2017.
"Quel est le lien entre la multiplication des interventions militaires françaises à l’étranger, la priorité donnée au Rafale et aux exportations d’armes, et l’instauration de l’état d’urgence en France ? Dans son livre récent « Le Militaire. Une histoire française » (éd. Amsterdam), l’économiste Claude Serfati montre à quel point l’armée et les industries militaires sont « chez elles » dans les institutions et l’économie politique de la Vème République. Une tendance qui n’a fait que s’aggraver ces dernières années, sans que le poids politique et économique exorbitant du militaire en France soit vraiment contesté ni même débattu, y compris à gauche. La campagne électorale actuelle ne fait pas exception. Entretien."
Londres victime du communautarisme, les Français réclament une dictature. Samuel Gontier. Ma vie au poste. 07 juin 2017.
"Lundi soir, sur France 5, BFMTV, CNews, LCI et France 2, tout le monde s’accorde à dire que l’attentat de Londres est le résultat d’un abominable laxisme communautariste. Heureusement, les Français sont plus raisonnables : ils préfèrent renoncer à leurs libertés pour être protégés par un Etat policier. "
Ligne par ligne, l’avant-projet de loi sur l’état d’urgence permanent. Marc Rees. 08 juin 2017.
"Le projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure annoncé par le gouvernement vient d’être dévoilé par le Monde. Next INpact vous propose une analyse ligne par ligne et librement accessible de ce nouveau texte sécuritaire."
"En résumé, le PJL Collomb va bien assurer le basculement de l’état d’urgence dans le droit commun. "
Ces libertés dans le viseur de l’avant-projet de loi. Pierre Alonso et Amaelle Guiton. 8 juin 2017.
"La loi adoptée en juin 2016 était censée, selon ses promoteurs, durcir suffisamment l’arsenal en donnant de nouvelles prérogatives au parquet pour permettre de revenir au droit commun. Mais le texte dégainé par l’exécutif et publié par le Monde va encore plus loin, en faisant entrer dans le corpus antiterroriste des mesures de police administrative qui, jusqu’alors, avaient vocation à être limitées dans le temps. A péril extraordinaire, réponse exceptionnelle : forte, attentatoire aux libertés, mais temporaire. L’avant-projet de loi rompt définitivement cet équilibre précaire. A menace lancinante, riposte permanente, avec les outils de l’urgence, voire en les musclant, et en contournant l’autorité judiciaire."
Etat d’urgence dans le droit commun : pourquoi le projet du gouvernement inquiète. Les décodeurs. 9 juin 2017.
"Ce texte dit que quasi toutes les mesures de l’état d’urgence pourraient se retrouver dans le droit commun. En clair, des mesures jusqu’ici temporaires et exceptionnelles, qui limitent les libertés des citoyens le temps de lutter contre un danger imminent, risqueraient de devenir légales en temps normal."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...