Les brèves du mercredi

Le système bancaire européen a un levier de 25 pour 1[ 1 de fonds propres pour 25 de créances) (deux fois celle des États-Unis) donc un recul de 4% des actifs vident les fonds propres [faillite]!  Les sociétés financières européennes fonctionnent avec une dette de 148% du total du PIB de l'UE! En 2012, les banques doivent rouler 15% à 50 % (selon les banques) de leur dette totale [ les banques doivent réemprunter pour rembourser les dettes arrivant à maturité, business as usual]. Beaucoup de nations européennes ont des passifs massivement  non capitalisé [non pris en compte, ex: sécurité sociale]. Un pays typique exigerait 400% de son PIB mis en réserve pour les couvrir... impossible. Conclusion: Dans un an et demi, la zone Euro que nous connaissons aujourd'hui n'existera plus. Pendant cette année et demi, il y aura des occasions spectaculaires à gagner sur la douleur des politiciens et des méga-banques de l'Euro et nous avons identifié des opportunités spécifiques à recommander lorsque le moment sera venu.
Malheureusement, le peuple et les citoyens européens et les investisseur-citoyens du monde entier vont également souffrir pendant que cela se déroule.



Même si tout ceux qui ne font pas partie du problème reconnaissent qu'un défaut grec éventuel (ou une restructuration de la dette plus profonde) est inévitable, il semble que la population grecque doive être broyé en poussière pour décourager toute rébellion contre le nouvel ordre de la loi par les créanciers . Le joker est de savoir si le niveau de la désobéissance civile monte au point que le gouvernement doive changer de cap. Nous avons déjà vu des signes sérieux de panne: défaillance généralisée pour collecter les déchets, interruptions de courant fréquentes, horaires réduits pour le transport public  difficile alors, pour ceux qui ont encore un emploi, d'aller au travail.

source : Michael Hudson on the Showdown in Greece | naked capitalism



Les grecs auraient planqué autour de 200 milliards d’euros rien qu’en Suisse. Mais curieusement, ni l’Europe, ni le G20 n’attaquent les paradis fiscaux.
Il y aurait une solution plus rapide pour remettre «l’économie grecque sur les rails ; celle de faire enfin payer l’Eglise et les armateurs. L’autre solution consisterait à faire rapatrier l’argent planqué dans les paradis fiscaux et, notamment, en Suisse. Le ministère grec des Finances estime que l’évasion fiscale représente 30% du produit intérieur brut (PIB) et que les coffres de la confédération helvétique cajoleraient 280 milliards d’euros venus d’Athènes ou de Patras. En octobre, le Financial Times Deutschland avançait le chiffre plus modeste de 165 milliards. Mais tout de même, ça permettrait d’éponger une bonne partie de la dette grecque.

Un nouveau recensement de données montre que près d'un Américain sur 15 soit plus de 20 millions de personnes, sont maintenant si pauvres qu'ils vivent au moins 50% en dessous du seuil officiel de pauvreté. Le chiffre est le plus élevé jamais enregistré. Quarante États et le District de Columbia ont eu des augmentations dans les plus pauvres des pauvres depuis 2007. Le District de Columbia arrive en tête, suivie par le Mississippi et le Nouveau-Mexique.
Le mouvement new-yorkais "Occupy Wall Street" a récolté, à sa propre surprise, plus d'un demi-million de dollars en sept semaines de manifestations contre la haute finance.
[...]
Les "indignés" ont leur propre comité financier, officiellement composé de 87 membres, mais qui dans les faits, se réduit à six personnes, dont un avocat, un comptable et un ancien étudiant en économie reconverti dans le tatouage.
Vendredi dernier, il a publié un état de ses finances, annonçant avoir dépensé à ce jour 55.000 dollars, dont 22.000 dollars pour la nourriture, le blanchissage et les soins médicaux, et 20.000 dollars en frais de communication.

Alors que de nombreux observateurs économiques ont établi une analogie entre l'industrialisation continue de la Chine et celle de l'Amérique, Hendry voit une différence essentielle.
Aux États-Unis, dit-il, le capital a toujours été allouée là où il pouvait obtenir le meilleur rendement. Au 19ème siècle, quand l'Amérique était le parvenu économique du monde, elle était également sous le régime de l'étalon-or. Ce qui est très important, selon Hendry, car cela attribuait aux entrepreneurs une et une seule chance de réussir. Ce n'était pas un temps de sauvetages et de faillites multiples!
La Chine est différente, croit-il, parce que c'est une industrialisation avec une monnaie fiduciaire [monnaie basée sur la confiance vs étalon-or basé sur un métal]. Ainsi, ils tombent dans le piège de la mauvaise répartition des capitaux - construisant des ponts vers nulle part, des tours pour personne [64 millions d'appartements et de maisons vides] et ainsi de suite. L'objectif de la Chine est similaire à celui du Japon des années 1980 à son avis - le plein emploi, plutôt que de maximiser le rendement sur ​​le capital. Une critique et même mortelle différence dans son esprit.[Hugh Hendry est gérant et patron d'un hedge fund basé à Londres]
source : Hugh Hendry Channels Irony And Paradox In His Latest Financial Outlook | ZeroHedge

Retrouvez le billet complet sur http://captainshortman.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...