Les brèves du mercredi

What has happened, it turns out, is that by going on the euro, Spain and Italy in effect reduced themselves to the status of third-world countries that have to borrow in someone else’s currency, with all the loss of flexibility that implies. In particular, since euro-area countries can’t print money even in an emergency, they’re subject to funding disruptions in a way that nations that kept their own currencies aren’t — and the result is what you see right now. America, which borrows in dollars, doesn’t have that problem." [Paul Krugman] A PUZZLE SOLVED! by Cullen Roche


Paul Krugman, l’économiste néo-keynésien lauréat du prix Nobel d’économie en 2008, explique finalement la crise de l’euro en une seule phrase :
« Il s’avère finalement que ce qui s’est produit, c’est qu’en adhérant à l’euro, l’Espagne et l’Italie ont été réduites au statut de pays du tiers monde, qui doivent emprunter dans la devise d’un autre pays, avec toute la perte de flexibilité que cela implique. »[...]
La crise n’a pas affecté d’autres pays tout aussi massivement endettés, comme le Japon, le Royaume Uni, ou encore les Etats Unis, parce que ces pays empruntent dans leur monnaie, et ils peuvent, le cas échéant, émettre de la monnaie en cas d’urgence, ce que les pays européens ne peuvent pas faire.[...]
Schématiquement, les PIIGS sont devenus les consommateurs à crédit des produits allemands. [...] Dans quelle ville du monde trouve-t-on le plus de Porsche Cayenne ? Londres, New York ou Francfort ? Aucune des 3, c’est à Larissa, une ville de 250.000 habitants, capitale de la région agricole de Thessalie en Grèce, que l’on en trouve le plus. [...]
la ville de Larissa est la première ville au monde pour la proportion de Porsche Cayenne par habitant. [...] « Il y a à peu près 2 ans, il y avait plus de Cayenne en circulation en Grèce que de personnes déclarant et payant des impôts pour des revenus supérieurs à 50.000 euros », [...]. Et pour mémoire, le prix du 4×4 de Porsche démarre à 100.000 euros en Grèce…
La crise de l'euro s'explique en une phrase et un graphique


If I had to simplify the sovereign debt crisis to one sentence I would say this: As some euro zone sovereign debtors are near insolvency, a liquidity crisis has begun in which various ‘creditors’, the various national taxpayers and bondholders, must fight to determine how to apportion the losses.  European Crisis Explained | Edward Harrison


“Europe’s crisis has thrown up another impossible trinity. The Germans have three ardent desires. First, they want the single currency to survive. Second, they wish to limit Germany’s financial contribution to any bail-out. Third, they insist that the European Central Bank keeps inflation low. These demands are mutually incompatible. Until Berlin relents on one of them, the euro crisis is likely to rumble on.”[...]
Leaving the Euro would have negative implications for the German banks and the German exporters. (HS- but it would be better for the German people and their purchasing power). [...]
Edwards notes there is a stealth bank run happening in Greece and Italy. The flow of capital out of Italy and Greece and into to German banks could stoke inflation in the core countries. This would have the added benefit of bringing down inter country trade balances between Germany and the periphery, restoring the competitiveness of Euro periphery companies. In this scenario, the Euro is saved.
  SocGen’s Albert Edwards Points out Germany’s Impossible Trinity of Conflicting Goals



Interrogé par la chaîne de télévision américaine CNN le 7 novembre, Mahmoud Jibril, qui fut jusqu’au 23 octobre le président du conseil exécutif du Conseil national de transition libyen (CNT), a affirmé que Mouammar Kadhafi « a été tué sur les ordres d’une entité étrangère, un pays, une personne, un certain dirigeant – quelqu’un ne souhaitant pas que ses secrets soient révélés ».
Jibril a ajouté : « J’aurais souhaité qu’il [Kadhafi] soit capturé. Trop de choses auraient été révélées. Il portait trop de secrets, avaient trop de contacts avec trop de dirigeants dans plein de pays ». Jibril avoue qu’il n’a pas de preuve formelle mais qu’il estime que la liquidation de Kadhafi « n’était pas une réaction ad hoc » et qu’il soupçonne qu’après que Kadhafi fut attrapé, quelqu’un « a reçu un coup de fil lui disant : ‘qu’on s’en débarrasse’ ».
L'ex-chef du CNT : Kadhafi éliminé sur ordres d'une puissance étrangère



Retrouvez le billet complet sur http://captainshortman.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...