Zone euro : nous nous trompons de combat

Il est vain et erroné de combattre les déficits publics dans la situation actuelle de nos économies occidentales. Il vaudrait mieux se concentrer sur les déséquilibres des comptes extérieurs (balance des paiements, balance commerciale).

Edward Harrison, banquier d'investissement américain, commente  un billet d'opinion publié par Wolfgang Münchau journaliste allemand au Financial Times:


"Wolfgang Münchau a écrit un article en ligne aujourd'hui à Der Spiegel. Je n'ai pas trouvé de version en langue anglaise alors j'ai pensé que je dirais quelques mots sur le papier que j'ai lu en allemand. Münchau dit que Standard and Poor's a eu raison - pas nécessairement sur la dégradation des notes, mais plutôt sur le fait que l'Europe se concentre sur un faux problème, les déficits budgétaires. A ses yeux - et aux miens- cela  ne va faire qu'empirer les choses. L'austérité a déjà conduit à une détérioration des prévisions pour l'Europe, même l'Allemagne s'attend maintenant à une croissance de 0,7% pour l'ensemble de l'année 2012.
Selon Münchau, la raison de la dégradation est que l'Europe se trompe de combat. Standard and Poor's a même dit dans son message sur la dégradation que l'approche centrée sur l'austérité ne ferait qu'empirer les choses. Münchau a remarqué que la chancelière allemande Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schäuble ont répondu à ce message en exhortant l'Europe à s'engager dans les plans d'austérité plus rapidement. Clairement ils n'ont pas compris.
Wolfgang poursuit en disant que le problème n'est pas dans le secteur public, mais dans le secteur privé, où la dette élevée, le désendettement et ensuite la récession ont provoqué un trou béant dans les bilans des secteurs public. Par ailleurs, dans ce que Münchau appelle la monnaie unique "camisole de force", les économies de l'Euroland ont divergé plutôt que convergé et cela a donné les déséquilibres des comptes courants et l'accumulation de la dette privée à la périphérie.
Pour moi, cette situation semble assez désespérée franchement. Les décideurs politiques en Europe ne comprennent pas. Le mieux que nous puissions obtenir c'est de l'austérité et de la monétisation partielle par la BCE, jusqu'à la  rupture de l'union ou le défaut des débiteurs souverains et les banques recapitalisées. La question est pourquoi  nous conduisent-ils dans l'abîme? Wolfgang dit que c'est parce que l'histoire des déficits publics est un récit plus facile à raconter et  plus simple à attaquer au sein des limites institutionnelles existantes de l'Euroland. Politiquement cela fait sens, mais cela me dit que cette crise va continuer à s'aggraver"

Olivier Demeulenaere, journaliste économique et financier :
"Il faut prendre le temps de lire le communiqué de Standard and Poor’s avant de crier haro sur le baudet. L’agence de notation ne dénonce pas les dérives budgétaires de notre pays mais le déséquilibre de sa balance des paiements, qui résulte d’un manque de compétitivité aggravé par l’interdiction de tout ajustement monétaire. En clair, il ne fallait pas suivre la voie de l’austérité imposée par Angela Merkel, qui nous entraîne dans une spirale déflationniste sans fin, mais sortir d’un modèle économique et monétaire qui n’est pas fait pour nous, ni pour aucun des pays du sud de l’Europe. Non à l’Europe allemande ! Zemmour a raison, sortons de l’euro pour pouvoir enfin rétablir notre compétitivité."
 




Le Japon connaît notre situation depuis 20 ans. Là-bas les dettes privées insoutenables ont fait exploser la dette publique et ont conduit l'état à un endettement équivalent à 200% du PIB.
Richard Koo, chef économiste à la banque japonaise Nomura, écrit dans une de ses  notes récentes:

"Cette austérité c'est comme un médecin qui dirait à un patient souffrant de pneumonie de faire un régime et de faire du sport. Bien que l'exercice physique soit important, il suppose un patient sain. Si le patient est malade, il doit reconstruire sa force jusqu'à ce qu'il soit physiquement capable d'exercer à nouveau. Peu importe de quel surpoids un patient souffrant de pneumonie peut avoir, la première tâche du médecin est de lui donner le traitement dont il a besoin pour combattre la maladie. Après tout, le patient peut mourir de pneumonie si le traitement est retardé trop longtemps.
Les récessions de bilan, qui surviennent lorsque les entreprises et les ménages se précipitent pour rembourser la dette [moins d'argent disponible pour faire tourner l'économie puisque les acteurs consacrent leur liquidités à rembourser les dettes] en dépit de taux d'intérêt égal zéro, sont une sorte de pneumonie. La seule façon de les traiter pour le gouvernement est de devenir l'emprunteur et le prêteur de dernier ressort avec des mesures de relance budgétaire visant à soutenir la demande globale. 

Les déficits budgétaires pendant les récessions de bilan sont de bons déficits."

Jean-Claude Werrebrouck dans ce court mais excellent billet "Mais de quoi est-elle faite cette dette?":
"Il n’est pas nécessaire d’être économiste pour prendre clairement conscience que le déséquilibre des finances publiques est probablement apparenté au déséquilibre extérieur, et en particulier à celui correspondant à l’échange des biens et des services. Si les 4 points de PIB du déficit commercial français de 2011 se transformaient en production nationale, il en résulterait davantage de prélèvements sociaux et fiscaux, et aussi moins de dépenses publiques, orientées vers la gestion du sous emploi et des problèmes qui lui sont attachés. Pour l’année 2011, un équilibre des échanges extérieurs aurait aisément fait entrer la France, sous le seuil réglementaire des 3% de déficit des administrations publiques. Il est donc inutile d’insister sur un fait qui est largement intervenu dans la récente dégradation de la note de la France."

Fin de cette nécessaire compilation pour faire contrepied au matraquage  des médias et des politiques sur la nécessité de réduire drastiquement les déficits. Certes la France a un secteur public hypertrophié mais c'est en période de vaches grasses qu'il aurait fallu s'en occuper.




Retrouvez le billet complet sur http://captainshortman.blogspot.com/
Enhanced by Zemanta

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...